..Bardenas 2020

..............Année 2021

 

Deux aigles, deux comportements radicalement différents.

Nous avons vu dans un article précédent (voir plus bas dans cette page web) que les aigles royaux qui vivent et nidifient dans les Bardenas sont étroitement surveillés via des balises GPS. Cela permet de mieux connaitre leurs habitudes de vie ainsi que l’étendue de leur territoire.

Il vous est présenté aujourd’hui deux aigles nommés Patri et Umbria :

Comme nous pouvons le constater sur la carte A (visible aussi en plus petit sur la carte B) Patri est un aigle très territorial puisqu’il ne s’éloigne pas à plus de 12 km de son lieu de vie, sa zone de déplacement étant principalement située au nord-est de la Bardena Blanca et dans la Bardena aragonaise.

Pour ce qui est de Umbria, le second aigle, celui-ci est un véritable aventurier. Bien qu’il ait été marqué d’une balise GPS dans les Bardenas sa zone de déplacement est considérablement vaste (carte B).
Depuis le 20 mars dernier (nous sommes aujourd’hui le 09 avril) Umbria a traversé une grande partie du Haut-Aragon jusqu’à la frontière franco-espagnole, puis après avoir côtoyé les hautes montagnes pyrénéennes il s’est rendu dans les plaines de Huesca, dans le désert des Monegros, dans les environs de Saragosse, et dans les zones steppiques de Teruel. A l’heure où sont écrites ces quelques lignes cet aigle se trouve du côté de Belchite, toujours en Aragon, un lieu qui devrait lui plaire puisque infesté de lapins.

Cartes déplacement des aigles.

 

 

Le désert des Bardenas dans GEO.

Magazine GEO.

Frédéric Moncoqut (webmaster du présent site internet) a été contacté par un journaliste du très réputé magazine GEO dans l’objectif de réaliser un reportage sur le désert des Bardenas.
Après de longues et très instructives discussions, d'abord par email puis par téléphone, ce reportage a été finalisé de la manière la plus exhaustive qui soit.

Frédéric Moncoqut est cité plusieurs fois dans ce reportage de 14 pages en tant que spécialiste du désert des Bardenas, le site www.bardenas-reales.net y est également mentionné.

Géo n°506, avril 2021.

 

 

AVIS AUX TOURISTES : Manœuvres militaires !

S'il y a des activités qui sont fortement ralentis par la pandémie du Coronavirus ce n'est clairement pas le cas pour l'armée de l'air espagnole.

Des exercices aériens militaires réalisés à feu réel auront lieu :
- le vendredi 16 avril de 11h00 à 13h00.
- le lundi 20 avril de 11h30 à 13h30.

L'usage de la piste principale du polygone sera perturbé durant ces exercices militaires (interdiction temporaire de circuler, tant en véhicule motorisé, qu'à vtt et à pied).
La piste menant au Castildetierra restera totalement libre d'accès.

Nota : Les exercices de tir et de bombardement aériens ont lieu toute l'année mais uniquement avec des munitions d'entrainement. Seuls les exercices à feu réel sont annoncés dans ce site internet en raison, pour l'occasion, de l'interdiction d'utilisation de certaines pistes.

Carte du polygone de tir des Bardenas.

 

 

 

 

 

 

 

 

Carte : F.Moncoqut

En Rouge : Pistes interdites à la circulation durant les jours et horaires mentionnés plus haut..
 
En vert : Pistes libres d'accès.
 
La flèche bleue représente la trajectoire des avions de chasse, et l'étoile rouge désigne la zone où sont effectués les bombardements.
 

 

 

CORONAVIRUS, passage de la frontière et règles sanitaires.

Les conditions de passage de la frontière et les règles sanitaires de nos deux pays ne cessent de changer, d’où l’intérêt de se tenir bien informé lorsqu’on projette de faire un voyage en Espagne.

Depuis janvier un test PCR de moins de 72 heures (avec résultat négatif) est obligatoire pour toute personne de plus de 11 ans désirant revenir en France depuis l’Espagne. Si vous êtes près des Bardenas ce test peut être réalisé à la clinique de Tudela pour un prix d’environ 80 euros.

A compter du 30 mars l’Espagne rendra à son tour obligatoire le test PCR pour toutes personnes désirant se rendre sur son territoire depuis la France (test négatif réalisé moins de 72 heures avant le passage de la frontière, les enfants de moins de 6 ans ne sont pas concernés). Ce test doit donc être réalisé en France, il est gratuit.

Notez qu’actuellement il y a un couvre-feu en Navarre (région des Bardenas) de 23h à 06h.
Les règles sanitaires habituelles doivent continuer à être appliquées (masque, distanciation physiques, etc).

IMPORTANT  !
Ces règles (passage de la frontière et règles sanitaires) évoluent régulièrement, tantôt plus strictes, tantôt plus souples. Informez-vous avant de partir :
www.diplomatie.gouv.fr/1
www.diplomatie.gouv.fr/2

Sachez que les professionnels du tourisme sont tous mobilisés et qu'ils vous réserveront le meilleur accueil qui soit. Les Bardenas vous attendent !

 

 

Des fleurs d’amandiers par milliers.

Depuis le début du mois de mars certaines zones des Bardenas fleurissent à foison.
Si vous vous rendez sur les hauts plateaux de la Bardena Negra, par exemple, vous découvrirez un vaste champ d’amandiers constellé d’innombrables fleurs blanches et roses.
A ce somptueux spectacle il ne manque que les pollinisatrices, ces infatigables abeilles qui se mettront au travail d’ici quelques semaines.
Ce champ nommé « Finca Los Planteses » appartient à Irene Nonay, une jeune femme dont le grand-père de son grand-père y cultivait déjà des amandiers.

Champ d'amandiers.

Hormis dans la Blanca aux sols trop salins, on trouve des amandiers en de nombreux lieux des Bardenas.
Les amandiers cultivés sont souvent des Marconas, une variété typiquement espagnole qui donne des amandes de très grande qualité utilisées notamment pour la production de touron (confiserie qui rappelle le nougat).

Fleurs d'amandiers.
Amandes.

Les amandiers Marcona ont cette particularité très appréciée de bien résister au froid et aux fortes températures, d’être peu sujets aux maladies, et d’être parfaitement adaptés à la sécheresse et aux sols « pauvres » (caillouteux, argileux et calcaires). La culture de cette variété dans les Bardenas ne pose donc guère de problèmes.

Amandes des Bardenas.
Amandes en pot.

 

 

Soutenez le site "bardenas-reales.net".

Ce message s'adresse à tous, aux particuliers ainsi qu'aux associations et clubs de randonnées.

Le webmaster du présent site internet lance un appel à votre générosité.

Pourquoi faire ce don ? Tout simplement pour faire vivre le site.

Depuis maintenant 17 ans "bardenas-reales.net" met à votre disposition une très grande quantité d'informations, ce service est gratuit et doit le rester.

Toutefois, la gestion du site représente beaucoup de travail ainsi qu'un coût annuel non négligeable qui est à la seule charge de son webmaster.

De plus, chaque mois, le webmaster reçoit une bonne vingtaine de demandes d’informations émanant de touristes, de clubs de randonnées et même de divers professionnels (télévision, presse écrite, photographes, réalisateurs de courts et moyens métrages, publicitaires, etc).
Annuellement, la quantité d’emails reçus dépasse les 200 !

Le webmaster du site, Fred Moncoqut, répond systématiquement et le plus précisément possible à chacun de ces emails. Le temps consacré à ces demandes d’informations étant assez important, et les réponses étant toujours envoyées gracieusement, il est clair que le site et son webmaster n’y gagnent absolument rien. C’est du pur bénévolat.

Pour ces raisons, il vous est proposé de faire une petite donation afin que le site puisse se maintenir en ligne et poursuivre son évolution.

Pour effectuer un don, vous pouvez choisir Paypal ou Tipeee.
Dons Paypal.
Dons Tipeee.

En vous remerciant tous pour votre fidélité.
Bien cordialement,
Fred Moncoqut (webmaster du site)

Etat actuel des dons depuis le 01 janvier 2021 :
0 €
.au 08 avril 2021

 

Des blocs rocheux énigmatiques.

Il y a des lieux oubliés des Bardenas qui, lorsqu’on les redécouvre, surprennent autant qu’ils suscitent des interrogations.

En ce beau mois de janvier je circule en 4x4 sur la piste du polygone de tir avec José Maria, comme bien souvent. En passant à proximité du secteur de Cuesta Canto José Maria me propose d’y faire une petite marche afin de me montrer une curiosité locale dont je connaissais l’existence mais que je n’avais jamais réussi à trouver.

Cuesta Canto se trouve à la limite de la Blanca Baja et de la Blanca Alta, il s’agit d’un espace sauvage constitué d’une multitude de petits vallons aux versants érodés et parsemés d’innombrables blocs de pierres de toutes tailles.
Je me rends assez rarement en ce lieux qui est d’ailleurs délaissé de tous, tant des autochtones que des touristes. José Maria semble bien connaitre les lieux, sa marche est rapide et précise, il sait clairement où il va. Cliquez ici pour lire la suite.

José Mari et Fred.
José Maria et Fred, lors de l'exploration du secteur de Cuesta Canto.

 

 

Premier incendie de l’année.

Un incendie s’est déclaré hier (lundi 01 mars) près de la zone del Ferial (Bardena del Plano) et a brulé 8 hectares de végétation naturelle. Ce feu a été maitrisé puis rapidement éteint par les pompiers de Tafalla.
L’origine de cet incendie n’a pas encore été établie.


Nota :
Il s’agit là du premier incendie déclaré dans les Bardenas depuis le début de l’année.
Les feux se déclarent généralement dans les zones agricoles où ils sont provoqués par le passage de moissonneuses batteuses dont les moteurs en surchauffe peuvent parfois enflammer la végétation sèche. Les périodes de canicule sont généralement propices au départ de feux, et le vent très fréquent des Bardenas se charge de propager les flammes sur de vastes zones.
Il est ainsi fréquent que ces feux se dirigent vers des secteurs arborés comme les pinèdes du Vedado de Eguaras, de la Bardena aragonaise ou celles de la Bardena Negra. C’est d’ailleurs en ces seuls lieux que l’on déplore les incendies les plus notables, le reste du territoire étant doté d’une végétation naturelle trop clairsemée.

 

 

Quand les énergies vertes représentent un grave danger pour la nature.

Les technologies produisant de l’énergie propre, donc non polluante, sont plébiscitées depuis des décennies. En Espagne, et en particulier dans toute la vallée de l’Ebre tant en Navarre qu’en Aragon, les parcs éoliens fleurissent à foison donnant ainsi l’impression au pays d’être un très bon élève en matière d’énergie verte. Mais tout ceci est trompeur.

Avec quelques décennies de recul nous pouvons maintenant affirmer que cette profusion de parcs éoliens est une véritable catastrophe écologique. Ce constat a été maintes fois souligné dans les pages « Flash infos » du présent site internet.

Dernièrement 23 scientifiques ont publié un rapport très complet dans la prestigieuse revue Science, mettant en avant les dommages irréversibles que représente le développement des énergies renouvelables pour la biodiversité.
Scientifiques et écologistes demandent un strict contrôle des projets éoliens à venir, ainsi que l’annulation de certains d’entre eux, voir même le démentiellement des parcs les plus problématiques.

Le débat fait actuellement rage en Aragon, région où les éoliennes pullulent à perte de vue, aucun horizon n’étant épargné par cette véritable pandémie (terme employé par les médias régionaux).
L’élément déclencheur de cette prise de conscience semble être le projet de création d’un gigantesque parc éolien sur le territoire communal de Biota, en Aragon, à une quinzaine de kilomètres du Parc Naturel des Bardenas Reales. Il est prévu la construction de 75 éoliennes géantes, véritables fossoyeuses de grands rapaces.
Le danger pour l’avifaune est connu depuis longtemps, il n’est ainsi pas rare de trouver quelques carcasses de vautours, d’aigles ou autres rapaces au pied de ces moulins à vent hauts de plus de 120 mètres.
Scientifiques et écologistes s’insurgent devant ce projet titanesque, soulignant au passage que le Parc Naturel des Bardenas est tout proche et que les rapaces qui y vivent en franchissent quotidiennement les limites dans leur quête de nourriture.

Ce 4x4 donne une bonne idée de la démesure des éoliennes aragonaises, ici dans la Bardena aragonaise.
Photos : Frédéric Moncoqut
Insouciants, les vautours aux vols lents et circulaires approchent parfois dangereusement les immenses pales des éoliennes !
   
Vautour
Frédéric Moncoqut découvre un vautour mort au pied d'une éolienne.

Tout comme l’Aragon la Navarre semble prendre conscience du problème depuis peu.
La région s’est elle aussi massivement engagée dans les énergies renouvelables avec la prolifération d’éoliennes mais les autorisations de construction sont dorénavant soumises à des règles beaucoup plus strictes. Ainsi, l’un des cinq projets actuels de parcs éoliens vient de recevoir un avis très défavorable en raison de sa proximité avec le Parc Naturel des Bardenas Reales, les raisons évoquées étant l’impact sévère sur le paysage et critique sur l’avifaune.

Les choses bougent donc enfin dans le bon sens, mais reconnaissons-le tardivement et assez lentement.

 

 

AVIS AUX TOURISTES : Manœuvres militaires !

Des exercices aériens militaires réalisés à feu réel auront lieu le 17 février de 10h30 à 13h30.
En cas d'impossibilité de réaliser ces exercices ce jour-là, ceux-ci seront reportés au 18 février au mêmes horaires.

L'usage de la piste principale du polygone sera perturbé durant ces exercices militaires (interdiction temporaire de circuler, tant en véhicule motorisé, qu'à vtt et à pied).
La piste menant au Castildetierra restera totalement libre d'accès.

Nota : Les exercices de tir et de bombardement aériens ont lieu toute l'année mais uniquement avec des munitions d'entrainement. Seuls les exercices à feu réel sont annoncés dans ce site internet en raison, pour l'occasion, de l'interdiction d'utilisation de certaines pistes.

 

 

AVIS AUX RANDONNEURS : Interdiction temporaire d'accès à certaines zones.

Comme chaque année les zones Pisquerra, Rallon, Ralla, Gorra et Zapata sont temporairement interdites d'accès afin de ne pas perturber la reproduction et la nidification des rapaces qui vivent en ces lieux.

Pour cette année 2021 l'interdiction d'accès débute ce samedi 06 février. Il faudra attendre le mois de septembre (date non connue) pour pouvoir à nouveau circuler dans les zones précitées.

Cette information n’a été communiquée qu’aujourd’hui (05 février), à seulement quelques heures de sa mise en application.
Les responsables du Parc Naturel semblent donc être devenus étonnement réactifs, car d’ordinaire l’information officielle vient longtemps après sa mise en application.
En sera-t-il de même pour nous informer de la réouverture des zones Pisquerra, Rallon, Ralla, Gorra et Zapata ? Nous pouvons en douter, mais sait-on jamais.

Pour situer les zones périodiquement interdites d'accès, veuillez cliquer ici (cartes).

Panneau d'interdiction.
IMPORTANT, BON A SAVOIR !
Les zones concernées par cette interdiction d'accès ne représentent que 6% de la superficie des Bardenas, ce qui signifie que le reste du territoire est libre d'accès durant toute l'année de 08h00 jusqu'à une heure avant le coucher du soleil.
Les Bardenas restent donc une destination très attractive, ne vous en privez pas !

 

 

Le saviez-vous Bardenas.

Qué Estroza !!!

La Punta de la Estroza est une pointe de terre appartenant au plateau de la Bardena del Plano et qui s’élance au-dessus de la Bardena Blanca telle la proue d’un navire. Cette pointe de terre est visible de très loin, sa haute falaise s’impose dans le paysage et à sa base (côté nord-est) se trouvaient autrefois quelques beaux bosquets de pins d’Alep, de genévriers et de chênes kermès.

Autrefois, justement, à une date non connue aujourd’hui, un berger de Roncal (Pyrénées) avait pour habitude de conduire son bétail en ce lieu lors des transhumances hivernales. Le site, bucolique, apparaissait comme un ilot verdoyant et plein de vie au milieu d’un désert sec et poussiéreux.

Un jour de septembre le berger arriva dans les Bardenas avec ses brebis, comme il le faisait chaque année, mais cette fois une vision d’effroi le figea sur place. Il s’écria « Qué estroza !!! », ce qui signifiait en patois pyrénéen de l’époque « Quelle catastrophe !!! »

Les bosquets avaient disparu, la totalité des arbres ayant été coupés pour alimenter une fabrique de charbon.

Cette exclamation de stupeur est restée et désigne encore aujourd’hui cette pointe de terre, la Punta de la Estroza.

La Estroza.

La Punta de la Estroza (au centre de la photo) telle que les touristes
peuvent la voir, côté sud-ouest.

 

 

Préparez votre découverte du désert des Bardenas et de sa région !

Que vous veniez le temps d'un weekend ou pour vos vacances, que vous soyez à pied, à vtt, à moto, en automobile ou en camping-car, les itinéraires que vous propose le présent site internet sont faits pour vous.

Vous pouvez ainsi télécharger (voir menu du site) et imprimer 2 PDF très complets :
- 16 itinéraires pédestre, VTT et automobile pour découvrir les Bardenas (58 pages).
- Plus de 50 sites d’intérêt culturel répartis dans 24 villes et villages pour découvrir la région des Bardenas (33 pages).

PDF découverte du désert des Bardenas.
Que ce soit dans ou autour des Bardenas, ces PDF vous promettent un séjour inoubliable.

 

Le désert des Bardenas est frontalier avec la superbe région aragonaise, alors pourquoi ne pas prolonger vos escapades vers les montagnes et les plaines désertiques d’Aragon en utilisant les 8 PDF touristiques que vous propose l'excellent site www.aragon-tourisme-decouverte.fr

L'Aragon et les Bardenas vous attendent !

 

 

Le saviez-vous Bardenas.

Voici une nouvelle rubrique qui apparaitra de temps en temps dans les pages Flash infos du site.
Cette rubrique vous présentera par un court texte un fait ou une anecdote sur le désert des Bardenas, et ce que vous apprendrez alors ne manquera pas de vous surprendre, c’est certain.
Rendez-vous dans quelques jours pour le tout premier « Le saviez-vous ».

 

 

Quels sont donc ces nouveaux panneaux ?

Panneau de refuge pour animaux.

Les gardes du Parc Naturel viennent de disposer tout autour de la zone Pisquerra-Rallon de nombreux panneaux rouges sur lesquels est écrit « Refugio ».
Ces panneaux signalent les limites d’une vaste zone dans laquelle les chasseurs n’ont pas le droit de se rendre (sauf pour traquer les sangliers), il s’agit donc d’une zone de refuge pour animaux.

Nota : Vous ne le saviez peut-être pas mais la chasse est autorisée dans la Bardena Blanca, bien qu’assez peu pratiquée. Les chasseurs préfèrent les zones boisées de la Bardena Negra et les vastes terres agricoles de la Bardena del Plano. La Bardena aragonaise est également un lieu très apprécié pour la chasse.
Photo prise hier (19/01/21) par José Maria Samanes de chez Bardenas Aventure.

 

 

La neige disparait mais persiste dans la Negra.

13/01/21 : La Communauté des Bardenas Reales a levé aujourd’hui l’interdiction de circuler sur les pistes de la Bardena Blanca en raison de la fonte des neiges et du retour des températures positives.
On se souvient que ce weekend de nombreux véhicules se sont retrouvés bloqués sur les pistes enneigées (voir article plus bas).

Il est cependant déconseillé de se rendre dans certaines zones de la Bardena Negra en raison de la persistance de la neige. La piste qui monte à la Plana de la Negra depuis Alfarillo est, par exemple, totalement impraticable.
Les pistes de la Negra seront de nouveau praticables d’ici ce weekend.

Piste Alfarillo-Plana de la Negra
Emprunter cette piste pentue et enneigée s’avère très périlleux même pour un 4x4.
Piste Negra
La neige a bien commencé à fondre, mais les nuits froides rendent les pistes
verglaçantes au petit matin (Bardena Negra). Photos de Irene Nonay

 

 

Une nouvelle nuit neigeuse, très neigeuse !

Cette nuit la neige est de nouveau tombée sans interruption de 02h00 jusqu’aux premières heures de la matinée sous une température de - 4°c.
Dans les Bardenas le manteau neigeux a dorénavant une épaisseur qui varie de 15 à 20 cm selon les zones, ce qui est exceptionnel puisqu’il faut remonter à 2003 ou 1994 pour trouver des chutes de neige aussi abondantes.
Les responsables du Parc Naturel des Bardenas Reales ont décidé de fermer l’accès aux Bardenas à tous véhicules motorisés afin d’éviter les incidents d’hier. Cette mesure devrait être maintenue jusqu’en milieu de semaine.

Voici quelques nouvelles photos prises ce matin par José Maria Samanes, Emilio Floristan, Jesus Pejenaute et Alba Lula.

webcam Bardenas Aventure
Capture d'écran de la webcam Bardenas Aventure
Cabaña de Pancho
La maisonnette de Pancho, non loin du Castildetierra.
Piste enneigée
Les pistes sont pour la plupart non praticables pour de simples véhicules de tourisme.
Castildetierra
Le Castildetierra, depuis le fond du ravin de las Cortinas.
Pisquerra
La Pisquerra.
Rallon
Secteur du Rallon.
Le Rallon
Le Rallon est méconnaissable.
Los tres hermanos
Non, ce n'est pas le Castildetierra mais l'un des trois reliefs de Los Hermanos.
Fraile Alto
Le Fraile Alto, au sud de la Bardena Negra.

 

 

Allez, un peu d’humour …

Suite à cet épisode neigeux exceptionnel le webmaster du présent site internet n’a pas pu s’empêcher de faire un peu d’humour sur le Facebook espagnol du site, ce qui a fait rire pas mal de monde.

« Ce matin, dans la Bardena Blanca »
Humour

 

 

Plusieurs véhicules bloqués dans la neige.

Malgré les recommandations émanant des autorités navarraises de nombreuses personnes se sont rendues dans les Bardenas afin de contempler le désert entièrement recouvert de neige, ce que l’on peut comprendre.
Le problème est que plusieurs dizaines d’automobiles se sont retrouvées bloquées sur les pistes enneigées et glissantes, obligeant ainsi leurs occupants à sortir dehors afin de pousser leurs véhicules. Seuls ceux qui avaient prévu des chaînes à neige ou qui étaient venus en 4x4 pouvaient circuler sans encombre.

Véhicules bloqués
Véhicule bloqué
Policia

 

 

Des Bardenas toutes blanches !

09/01/21 Les météorologues espagnols avaient vu juste, dès 03h00 dans la nuit de vendredi à samedi de fortes chutes de neige se sont abattues sur le désert des Bardenas.

Il neige au moins une fois ou deux chaque année dans les Bardenas, mais cette fois il faut reconnaitre que la couche neigeuse est bien plus importante que d'accoutumé puisqu’en certains endroits elle atteint 12 cm d’épaisseur.
Cet épisode climatique est d’autant plus exceptionnel qu’il concerne pratiquement toute l'Espagne. En une seule nuit la neige a isolé de nombreux villages et paralysé des grandes villes parmi lesquelles Madrid et Saragosse.
Dans la région voisine des Bardenas, en Aragon, le désert des Monegros (à 80 km de là) a connu une véritable tempête de neige recouvrant ainsi les sols d’une couche neigeuse de plus de 20 cm d’épaisseur, du jamais vu dans cette contrée.

Voici quelques photos prises ce matin par José Maria Samanes de "Bardenas Aventure" et par César Gurria Guerra de "Bardenas Tour".

Cortinillas
Reliefs d'érosion
Barranco
Bergerie
Castildetierra

 

 

ALERTE METEO !!!

Que se passe-t-il lorsque d’importantes masses nuageuses provenant du sud rencontrent une zone d’air froid intense ? Et bien il neige.

C’est ce qu’il faut s’attendre à voir dans la région des Bardenas pour ce weekend, tant du côté navarrais qu’aragonais.
Depuis quelques jours le beau temps hivernal conjugue avec des températures largement négatives de jour comme de nuit. Avec l'arrivée des nuages l’agence météorologique nationale AEMET prévoit de fortes chutes de neige dès demain, samedi 09 janvier. L’épaisseur de la couche neigeuse pourrait atteindre 10 à 20 cm selon les zones.

Il va de soi qu’il est fortement déconseillé de se rendre dans les Bardenas durant les prochains jours.

 

 

Mort d’un aigle royal bien connu dans les Bardenas.

Cette nouvelle pourrait presque paraitre anecdotique, mais ce cas est assez particulier d’autant que l’aigle royal est une espèce rare dans les Bardenas.

Ause était une imposante femelle aigle royal de 2 mètres d’envergure et d’un poids de 5 kg. Selon les gardes du Parc Naturel des Bardenas il s’agissait d’un spécimen assez exceptionnel.

Ause vivait et se reproduisait dans la Bardena Negra depuis de nombreuses années. En 2020 elle avait niché dans un pin d’Alep où elle avait eu un jeune aiglon, là aussi aussi une femelle.

Le 01 décembre dernier, après deux ans d’efforts et de surveillance, les gardes ont réussi à capturer Ause avec le plus grand soin afin de l’équiper d’un émetteur GPS, ce qui devait permettre de mieux connaitre son territoire, ses habitudes, ses zones de nourrissage, les falaises où elle se réfugiait la nuit, etc.
Mais nul n’aurait imaginé ce qui allait arriver 15 jours plus tard.

Dans la nuit du 14 au 15 décembre Ause a dormi dans un arbre près d’une ligne électrique qui sert à alimenter le sanctuaire de Sancho Abarca (Bardena aragonaise). En début de matinée l’aigle s’est posée sur cette ligne et a été électrocutée.
Les gardes l’ont retrouvé dans la journée, gisant morte sur le sol au pied d'un poteau électrique.

Ce cas met encore une fois en évidence le danger que représente les lignes électriques pour les oiseaux, chaque année se sont des dizaines de rapaces et de cigognes qui sont électrocutés autour des Bardenas, tant en Navarre qu’en Aragon. Les éoliennes géantes, nombreuses dans la région, représentent elles aussi un grave danger pour les grands rapaces tels que les vautours (voir « Flash infos 2010 », en fin de page).

Aigle royal.

Photo prise depuis le sommet Santa Margarita (Bardena aragonaise) par Frédéric Moncoqut.
Voir et photographier un aigle royal dans les Bardenas est une chance, presqu’un privilège.
Peut-être s’agissait-il d’Ause ?

 

 

Devrons-nous bientôt payer pour visiter les Bardenas ?

Durant ces derniers mois cette idée a été évoquée plusieurs fois par le président du Parc Naturel, José Maria  Agramonte.

La Communauté des Bardenas envisage très sérieusement de faire payer l'entrée aux touristes qui ont l'intention de visiter le Parc Naturel des Bardenas Reales.
Le projet est déjà bien avancé puisqu’il est inclus, avec calcul des revenus et des coûts, dans le "Plan de Tourisme" publié au Journal Officiel de Navarre, après avoir été approuvé par la Communauté en juillet dernier.

Même s’il n’est pas encore figé le tarif d’entrée dans les Bardenas serait d’environ 18 euros par jour (3 € par personne, 5 € pour l’usage des itinéraires 10 € pour les parcourir en véhicule motorisé). Les guides de tourisme et de randonnées seraient également touchés par ces tarifs, ainsi que les espagnols eux-mêmes qui même sans être des touristes devraient s’acquitter du paiement d’un ticket d’entrée pour aller dans leurs Bardenas.

Autant le dire tout de suite, dans la région cette nouvelle ne plait guère et des protestations commencent à fuser de toutes parts.
Et puis 18 € par jour, avouons que ça fait un peu cher.

Mais pas de panique !

L’Association Touristique la Ribera de Navarre (ATURINA) qui rassemble plus d’une trentaine de professionnels du tourisme (hôtels, camping, restaurants, gites, guides, …) s’est saisie de l’affaire et est bien décidée à mettre un terme à ce projet absurde qui ne pourrait que faire fuir les touristes et nuire à l’emploi et à l’économie locale.

Le présent site internet vous tiendra informé de l’évolution de ce projet, son webmaster étant en contact étroit avec ATURINA.

 

 

Le van, mieux qu’une voiture, et une bonne alternative au camping-car.

Les Bardenas en van.

 

Dans son numéro de janvier-février-mars le magazine des fourgons aménagés Van Life consacre six pages au désert des Bardenas.
Les passionnés de van et de grands espaces apprécieront assurément ce reportage bien écrit et agrémenté de belles photographies.

 

Magazine Van Life n°15

 

 

¡¡¡ Feliz año nuevo !!!

Le site www.bardenas-reales.net et son webmaster, Frédéric Moncoqut, vous souhaitent une Bonne Année 2021 !

Bonne année !