..Bardenas 2020

..............Année 2022

 

ALERTE METEO ! Orage, pluie et froid dans les Bardenas.

La météo très capricieuse de ce 06 juillet va nous faire oublier l’été durant quelques heures.

Le ciel des Bardenas est actuellement extrêmement bas et nuageux avec une visibilité par moments réduite à moins de 3 km.
Depuis le début de l’après-midi nous assistons à une impressionnante chute des températures, seulement 15°c à 14h30 contre 30° à 35°c durant les jours précédents.
Dans le même temps il est tombé des pluies torrentielles sur tout le territoire (jusqu’à 34 l/m² dans la Negra, 47 l/m² dans la Blanca et el Plano) ainsi que localement d’importantes averses de grêles. Le tonnerre a également grondé dans le nord des Bardenas.

En raison de ces fortes pluies la direction du Parc Naturel des Bardenas Reales lance un appel à la prudence et déconseille fortement de se rendre dans les Bardenas aujourd’hui.
Cette recommandation concerne tous les types de véhicules (voitures de tourisme, camping-cars, 4x4, motos, quads, vtt, …) ainsi que les randonneurs pédestres.

Les zones inondées pouvant être assez nombreuses et les sols des Bardenas étant très argileux, voici ce qu'il risque d’arriver à ceux qui braveraient cette recommandation.

Les principales pistes touristiques devraient être à nouveau praticables dès demain, mais les pistes secondaires ne le seront probablement pas avant plusieurs jours (zones boueuses et risques importants d’enlisement).

 

 

Tourisme dans le désert des Bardenas.

L'incendie catastrophique du weekend dernier qui a embrasé toute la Sierra del Yugo (voir articles ci-dessous) n'a pas affecté les différents services touristiques de la région.

Le désert des Bardenas reste ouvert au tourisme.

Le Parc SendaViva va bientôt rouvrir ses portes.

A Arguedas et à Valtierra tous les commerces de proximité sont ouverts et pleinement prêts à recevoir les touristes.

Que ce soit pour l'hébergement ou la rando-découverte, tous les professionnels du tourisme vous attendent et vous réserveront le meilleur accueil qui soit.

Le Parc Senda Viva et le désert des Bardenas,
deux grands pôles touristiques à découvrir en famille ou entre amis.

Les vacances d'été approchent, alors laissez-vous tenter par l'exotisme et l'évasion, en famille ou entre amis, partez vers cette destination unique et inoubliable qu'est celle du désert des Bardenas !

 

 

Circulation sur les pistes perturbée.

La célèbre course VTT "Extreme Bardenas" est de retour après une interruption de deux ans pour cause de pandémie covid-19.

Cette 23ième édition se déroulera dimanche prochain, le 26 juin.
Si vous aviez prévu de vous rendre dans les Bardenas durant ce weekend sachez que la circulation sur les pistes sera perturbée durant toute la matinée du dimanche dans les zones de la Blanca et del Plano.

1.500 vététistes vont parcourir 100 km de pistes poussiéreuses par un temps espérons-le moins caniculaire qu'actuellement.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Extreme-Bardenas-2022

 

 

Feu d’Aguilares, qu’en est-il ce dimanche ?

Dimanche 19 juin, 20h00.

Les nouvelles sont rares tant il règne encore sur place une certaine confusion, réunir des informations sur cette tragédie n’est pas aisé.

Durant la nuit les flammes se sont propagées jusqu’à l’intersection de Los Abetos, puis ont sauté la route pour se diriger vers Cadreita.

Ce matin le feu a été globalement stabilisé bien qu’il représente toujours un danger en raison du vent et de la chaleur.

L’incendie a partiellement touché les urbanisations de Valtierra et d’Arguedas, la zone industrielle de ces deux villages a été plus ou moins gravement impactée (contrairement à ce qui a été dit le restaurant Bornax a échappé aux flammes).

La vingtaine de familles contrainte de fuir leurs domiciles en raison de la proximité des flammes a pu retourner chez elles. Deux habitations ont toutefois été brulées.

De très nombreuses pinèdes ont été ravagées par l’incendie, l’impact sur l’environnement naturel est considérable.

Le cimetière communal a été sévèrement touché par l'incendie, la belle pinède dans lequel il se trouvait est carbonisée.

Le réseau d'eau potable est hors service, les habitants de Valtierra et d'Arguedas devront se rabattre sur les eaux minérales en bouteille durant le temps des réparations.

Pour ce qui concerne Senda Viva des photos aériennes prises par drone démontrent que les installations du Parc ont été relativement peu touchées par les flammes, pour les animaux le problème venait donc essentiellement des épaisses fumées irrespirables qui recouvraient tout le site et qui auraient pu leurs être fatales.
Selon les responsables du Parc 98% des animaux vont bien, mettant ainsi fin à certaines fake-news qui circulaient sur les réseaux sociaux.
Le Parc Sendaviva sera de nouveau fonctionnel assez rapidement.

L’ermitage de Nuestre Señora del Yugo et l’hôtel attenant sont sauvés. Nous pouvons toutefois confirmer que les pinèdes de cette zone et la plateforme d’observation touristique del Yugo ont été détruites par les flammes.

 

Carte de l'incendie d'Aguilares.
L'incendie (en rouge) est parti d'Aguilares et a attaqué dans un premier temps le versant nord-est de la Sierra del Yugo, menaçant le Parc Senda Viva et l'ermitage del Yugo.
Le vent a ensuite tourné et le feu s'est propagé vers arguedas et Valtierra, puis a poursuivi vers le nord-ouest en direction de Cadreita.
D'est en ouest le feu a parcouru plus de 12 km !

 

 

Feu d’Aguilares, état d'une situation catastrophique.

Dimanche 19 juin, 02h15.

Hier vers 13h30 une moissonneuse batteuse a provoqué un feu de chaume dans le secteur d’Aguilares. Le vent a poussé les flammes vers l’ouest et l’incendie s’est très vite propagé sur les versants de la Sierra del Yugo atteignant le Parc d’attractions Senda Viva et menaçant l’église de Nuestra Señora del Yugo.

Le Parc Senda Viva a été évacué (2.500 touristes) et une partie du personnel est restée sur place pour s’occuper des animaux de la partie zoo du Parc (zèbres, kangourous, autruches, tigres, loups, ours, etc).
De nombreux posts sur les réseaux sociaux assurent que nombre d’animaux auraient péri par les flammes, et que d’autres auraient été abattus intentionnellement car non évacuables. Bien entendu cette info est à prendre avec de grandes réserves.

Il semblerait que l’église de Nestra Señora del Yugo et l’hôtel attenant n’aient pas été touchés par les flammes. Cela reste toutefois à confirmer.

En début de soirée le vent a tourné, ravageant ainsi les pinèdes des communes de Valtierra et d’Arguedas et s’approchant dangereusement des deux villages.
Cette nuit, au moment où sont écrites ces quelques lignes, le feu est aux portes de Valtierra et d’Arguedas et de nombreuses familles ont dû fuir leurs habitations.
Le polygone industriel de Valtierra-Arguedas a été sévèrement touché par les flammes, il se dit que le très réputé restaurant Bornax-Bardenas n’existe plus (à vérifier).

Arguedas menacé par le feu.
Ci-dessus, l'incendie s'approche dangereusement d'Arguedas, les flammes arrivent par le haut des falaises et commencent à descendre vers le village. Photos : Infos Arguedas
Valtierra et Arguedas.
Ci-dessus à gauche et à droite, Arguedas et Valtierra sont en grand danger.

Le maire de Tudela fait part dans un tweet de sa solidarité avec les habitants de Valtierra et d’Arguedas et a déclaré que sa ville était en train d’accueillir les familles ayant fui leurs habitations.
Le maire a également annoncé que certains animaux du zoo de Senda Viva ont été mis en sécurité dans les arènes de Tudela.

Pour l’heure, l’incendie n’est toujours pas maîtrisé et menace plus que jamais Valtierra et Arguedas. Selon certaines sources l’incendie se propage également en direction de Cadreita.

 

 

Feu d’Aguilares, le feu de tous les dangers !!!

 

- Samedi 18 juin, 17h05 -

L’incendie d'Aguilares se propage actuellement sur les versants de la Sierra d’el Yugo, brulant au passage plusieurs hectares de chaume et de végétation naturelle (steppes, maquis et pins d'alep).

Il a été confirmé que l'incendie a pour origine une moissonneuse batteuse. Inutile de préciser que son conduteur va avoir de gros problèmes avec la justice car une loi navarraise interdit l'usage de machines agricoles durant les périodes de canicule et de forte sécheresse.

Le feu est poussé par un vent de 36 km/h vers le Parc d’attraction Senda Viva qui est en ce moment même en cours d’évacuation (ce Parc se situe au sommet de la Sierra del yugo).
Environ 2.500 touristes et tout le personnel du Parc Sendaviva sont évacués par précaution, les lieux étant déjà cernés par d’imposantes colonnes de fumées.

Ci-dessous, Le Parc d'attraction Senda Viva est évacué tandis que les flammes s'en rapprochent dangereusement (Photo DN)
Sendaviva évacué.
Ci-dessus, La Sierra del yugo est en feu (Photo Infos Arguedas)
Aguilares brule toujours.
A Aguilares, lieu de départ de l'incendie, la chaume est toujours en feu.

 

- Samedi 18 juin, 19h00 -

Poussé par un vent de 40 km/h et attisé par une température caniculaire de 42°c, l’incendie d’Aguilares s’approche dangereusement du Parc d’attraction de Senda Viva désormais totalement évacué.
Selon les services de secours les installations du Parc ainsi que les nombreux animaux qui s’y trouvent ne sont pas en danger immédiat (ce Parc est aussi un zoo). Le déplacement préventif de certains animaux et l'évacuation d'autres est en cours.

 

- Samedi 18 juin, 19h40 -

L'incendie d’Aguilares continue de progresser très rapidement.
Après avoir touché les abords du parc Senda Viva, il continue à être attisé par le vent en direction de l'ermitage de Nuestra Señora del Yugo. Les pompiers tentent de contenir les flammes afin qu’elles n’atteignent pas l’église et l’hôtel attenant.

 

- Samedi 18 juin, 21h10 -

Les maires d’Arguedas et de Valtierra viennent de lancer un appel à la prudence, le vent vient de tourner et l’incendie d’Aguilares se dirige maintenant vers ces deux villages.
La quasi-totalité des forêts communales (pinèdes) ont été détruites par le feu qui s’approche dangereusement des premières habitations.

 

 

Incendie dans le secteur d'Aguilares !

Samedi 18 juin, 14h00.
Un champ est actuellement en feu dans le secteur d’Aguilares, non loin de la bergerie Miqueleiz.
Il est trop tôt pour en connaitre la cause exacte mais compte tenu du lieu où l'incendie s’est déclenché il est quasi-certain qu’une machine agricole en est à l’origine.
A l'instant où est rédigé cet article le vent (28 km/h) et la forte chaleur (39°c) attisent la progression des flammes vers l’ouest, vers la Sierra del Yugo.

Nota : Une loi votée par le parlement navarrais prévoit l'interdiction des travaux agricoles durant les périodes de fortes chaleurs.

Le feu à Aguilares
Le feu a pris dans un champ d'Aguilares vers 13h30, le vent le pousse actuellement vers d'autres champs et vers la Sierra del Yugo. (Photo webcam Bardenas Aventure)

 

 

Le saviez-vous Bardenas.

Si vous vous êtes déjà aventuré sur les plateaux de la Bardena Negra ou del Plano peut-être avez-vous remarqué en bordure de champs de nombreux tas de pierres.

Ceci est visible un peu partout et les pierres se comptent parfois par milliers pour chaque champ.

Vous vous en doutez bien, ces amas de pierres ne sont pas arrivés là par hasard. Alors quelle en est l’explication ?

Les sols de ces plateaux sont très caillouteux, ce qui est clairement une contrainte pour la pratique de l’agriculture. Ainsi à chaque labour les agriculteurs amassent quantité de pierres et les déposent en bordure de leurs champs.
Les pierres s’accumulent d’année en année jusqu’à former des petits monticules parfois longs de plusieurs dizaines de mètres.

Récolte de pierres.
Tas de pierres le long d'un champ.

 

 

AVIS AUX TOURISTES ET AUX RANDONNEURS : Fortes chaleurs à venir !

Des températures élevées et une insolation très importante, voici à quoi vous devrez vous attendre durant cette semaine.

A compter de demain, lundi 13 juin, et jusqu’au samedi 18 juin les prévisions météorologiques annoncent des températures supérieures à 38 °c à l'ombre.
Les 40°c seront dépassés de mardi à vendredi dans certaines zones des Bardenas avec des maximales possiblement supérieures à 43°c à l'ombre.
Comme c'est souvent le cas dans la région en pèriode de vague de chaleur les températures nocturnes seront de l'ordre de 30°c autour de minuit et ne descendront pas an dessous de 20°c durant le reste de la nuit.

Attention ! Les sensations thermiques seront largement supérieures !
Inutile de préciser que dans de telles conditions tout départ en randonnée est à proscrire.

Nota : Il s’agit bien là d’une période de canicule car dans les Bardenas on parle de canicule dès que l’on relève des températures supérieures à 38°c durant plus de trois jours, ce qui sera le cas (en dessous de cette température nous sommes dans des valeurs hautes mais malgré tout "normales").

Durant toute cette semaine les indices UV seront de niveau 9 sur une échelle de 11, la prudence s'impose.

_ ____________________ _

De nombreux touristes et randonneurs semblent négliger les risques liés à la chaleur, ces risques ne sont pourtant pas à prendre à la légère !

Quelques précautions s’imposent : Pensez à vous protéger du soleil (chapeau, lunettes, t-shirt, etc) et de la chaleur (buvez de l’eau, beaucoup d’eau, et n’hésitez pas à acheter quelques très rafraîchissants vaporisateurs d'eau).

Lorsque les prévisions annoncent des températures à l'ombre supérieures à 30 ou 35°, évitez de partir à pied ou en VTT dans les Bardenas durant les heures les plus chaudes de la journée (de 10h00 à 18h00)... ou alors montrez-vous très prudents.

N’oubliez pas que dans les Bardenas l’ombre est un luxe rare. En cas de problème, sachez que c'est au fond des barrancos (ravins) que vous aurez le plus de chance de trouver un peu d’ombre, mais ne comptez pas y trouver la fraîcheur.
En été, où que l'on se trouve, Bardenas = chaleur.

En cas de problème grave au cours d'une randonnée, vous pouvez faire appel aux secours en téléphonant au 112.

 

 

Premier incendie de l’année dans les Bardenas.

Aujourd’hui, jeudi 09 juin, un incendie s’est déclaré dans l’après-midi vers 17h30 dans le secteur de Candévalos, à mi-chemin entre le Castildetierra et la Réserve Naturel du Vedado de Eguaras.

Les pompiers de Tudela appuyés par ceux de Paralta sont rapidement intervenus sur les lieux et ont réussi à maitriser le feu à 20h45, empêchant ainsi la propagation des flammes vers les pinèdes de la Réserve Naturelle.

Selon les premières constations le feu a brulé un peu plus de 20 hectares de chaume et de végétation naturelle basse (aucun arbre n’a été touché).

Cet incendie a été provoqué par une moissonneuse batteuse qui, en percutant des pierres au sol, aurait provoqué des étincelles sur la végétation particulièrement sèche. Il se trouve qu’il s’agit là de la même moissonneuse batteuse conduite par le même agriculteur qui a provoqué le grand incendie du Vedado de Aguaras en juillet 2021, … comble de malchance pour cet homme qui risque avoir de très gros ennuis avec les autorités.

Nota : Depuis l’incendie de 2021 le gouvernement de Navarre travail sur de nouvelles réglementations agricoles afin que pareille catastrophe ne se reproduise plus en période de sécheresse, comme par exemple des horaires à respecter durant certains travaux agricoles, voir l’interdiction pure et simple en cas de fortes chaleurs, ou même l’établissement de postes d’observation et d’intervention de pompiers à proximité des lieux les plus sensibles. Il est fort à parier que l’incendie d’aujourd’hui va accélérer la mise en place de ces nouvelles règles agricoles.

 

 

Risques relatifs aux feux de végétation (feux de camp, circulation des véhicules à moteur, etc)

Chaque année des centaines d’hectares de végétation sont ravagés par les incendies tant en Navarre qu’en Aragon. La vallée de l’Ebre dans son ensemble est particulièrement sensible à ces incendies en raison de la sécheresse et des fortes chaleurs estivales qui y règnent.
Les Bardenas ne sont pas épargnées, nous l’avons constaté en juillet 2021, un important incendie ayant ravagé durant trois jours près de la moitié de la Réserve Naturelle du Vedado de Eguaras.

Les causes d’incendie sont nombreuses : les feux de camp d’abord, mais aussi une simple cigarette négligemment jetée au sol, ou encore un véhicule motorisé en surchauffe roulant sur une végétation sèche, ou même une bouteille en verre dont l’effet loupe concentre la lumière du soleil sur les herbes sèches.

Dans toute la vallée de l’Ebre les feux de camp et la circulation sur pistes forestières sont strictement interdits en période estivale, et d’une manière générale de juin à fin septembre en Navarre et d’avril à fin octobre en Aragon (dates pouvant être modifiées d’une année à l’autre).

Dans les Bardenas les feux de camp sont interdits durant toute l’année et l’usage des pistes forestières n’est permis que sur celles autorisées aux véhicules motorisés (Bardena Negra, par exemple).
Le hors-piste comme la traversée de champ agricoles est interdit.
(chaleur + moteur / pot d’échappement brûlants ne font pas bon ménage avec la végétation sèche).

Attention aux risques d'incendie.

Nota :

Certaines zones des Bardenas possèdent de vastes étendues de végétation avec notamment de belles et sauvages forêts de pins d’Alep. Ces zones sont très vulnérables.
Les fortes chaleurs, les faibles taux d’humidité de l’air, la végétation très sèche et le vent fréquent forment un cocktail particulièrement inflammable.

Il est important de rappeler que la circulation de véhicules motorisés dans les zones forestières est interdite et sévèrement sanctionnée durant la période estivale, les risques d’incendies étant très importants en cette saison (les moteurs thermiques peuvent enflammer la végétation sèche, on le constate chaque année avec les engins agricoles).

Afin de préserver cet environnement si fragile quelques gestes de bon sens s’imposent : ne fumez pas en ces lieux, ne faites aucun feu, ne jetez rien qui puisse être en verre (bouteilles, verres, etc), ne faites pas de hors-piste en véhicule motorisé et ne circulez pas dans les zones forestières via des pistes non autorisées à cet effet.

 

 

Record de fréquentation touristique.

Durant le long week-end de l’Ascension (4 jours, du jeudi 26 au dimanche 29 mai) le Centre d’Informations d’Aguilares a battu son record de fréquentation touristique avec la visite de 2.667 touristes.

Après analyse du comptage il en découle que 11% de ces touristes étaient espagnols, 81% français et 8% originaires de différents autres pays européens, ce qui correspond respectivement à 302, 2.162 et 203 touristes.
Ces chiffres mettent en évidence le grand attrait que portent les Bardenas aux yeux des français.

Toutefois cela ne reflète pas avec exactitude les taux de fréquentation des Bardenas puisque n’ont été comptabilisés que les touristes de passage par le Centre d’Informations, la grande majorité des visiteurs ne transitent pas par ce centre.
Autre point important, le week-end de l’Ascension est un moment particulier de l’année durant lequel la fréquentation touristique est exceptionnellement importante.

 

 

Une nouvelle espèce d’araignée découverte dans les Bardenas.

Un biologiste de l’université de Pampelune a récemment mené une étude sur les araignées de Navarre durant une année complète.
Cela consistait à effectuer une collecte de spécimens tous les quinze jours à Quinto Real, dans la Sierra de Perdon et dans le Vedado de Eguaras (Bardenas Reales). Ces prélèvements ont ainsi permis d'obtenir des informations sur les trois grandes zones géographiques et climatiques de la région (montagne, zone moyenne et Ribera) et sur la biodiversité des araignées dans leurs biotopes respectifs, comme les hêtraies, les chênaies ou pour ce qui nous intéresse les pinèdes des Bardenas.
Une nouvelle espèce d'araignée découverte dans les Bardenas.

Les prélèvements réalisés dans le Vedado de Eguaras ont conduit à la découverte d’une nouvelle espèce, inconnue jusqu’à présent et endémique des Bardenas, une petite araignée d’à peine 4 mm que les scientifiques ont nommé « Agroeca istia ».

4 mm … pas de quoi effrayer un arachnophobe, surtout quand on sait que les Bardenas sont habitées par d'impressionnantes Argiopes lobées, tarentules « Arañas lobo » et veuves noires ibériques.

 

 

AVIS AUX TOURISTES : Exercices militaires à feu réel !

Des exercices aériens avec tirs et bombardements à feu réel se dérouleront dans la zone militaire de la Bardena Blanca durant les jours suivants :

- Le lundi 06 juin de 08h15 à 14h30 - activité aérienne annulée pour ce jour
- Le mardi 07 juin de 08h15 à 14h30
- Le mercredi 08 juin de 08h15 à 14h30
- Le jeudi 09 juin de 08h15 à 14h30
- Le vendredi 10 juin de 08h15 à 14h30 - activité aérienne annulée pour ce jour

L'usage de la piste principale du polygone sera perturbé durant ces exercices militaires (interdiction temporaire de circuler, tant en véhicule motorisé, qu'à vtt et à pied).
La piste menant au Castildetierra restera libre d'accès.

Nota : Les exercices de tir et de bombardement aériens ont lieu toute l'année mais uniquement avec des munitions d'entrainement. Seuls les exercices à feu réel sont annoncés dans ce site internet en raison, pour l'occasion, de l'interdiction d'utilisation de certaines pistes.

Zone de bombardement et de tir Bardenas

 

 

 

 

 

 

 

Carte : F.Moncoqut

En Rouge : Pistes interdites à la circulation durant les jours et horaires mentionnés plus haut..
 
En vert : Pistes libres d'accès.
 
La flèche bleue représente la trajectoire des avions de chasse, et l'étoile rouge désigne la zone où sont effectués les bombardements.
 

 

 

34ième Marche Anti-Polygone de Tir.

La marche anti-polygone de tir est un mouvement populaire dont l’objectif est de protester contre la présence des militaires dans les Bardenas. Cette manifestation a débuté en 1988 et s’est maintenu durant 32 années jusqu’en 2019. L’édition 2020 n’a pas eu lieu pour cause de pandémie Covid-19, et celle de 2021 n’a été autorisée qu’à Tudela avec un nombre limité de participants.

Marche-anti-polygone-de-tir

D’ordinaire la marche anti-polygone de tir débute près du Centre d’Informations Touristiques d’Aguilares pour se concentrer 5 km plus loin devant l’entrée de la caserne militaire de los Tres Hermanos (Bardena Blanca).
Cette année encore cette marche ne se fera pas dans les Bardenas, elle n’a été autorisée que dans le centre-ville de Tudela dimanche 05 juin à 13h00.

 

Des avions de l’OTAN venus de différents pays viennent régulièrement s’entrainer dans les Bardenas. Il a été constaté qu’à chaque fois qu’un conflit armé se déroule quelque part dans le monde les activités militaires sont ici en nette augmentation, comme cette année avec la guerre Russo-Ukrainienne.
L’arrêt de la guerre en Ukraine sera ainsi l’une des revendications de cette marche anti-polygone de tir.

 

 

La spectaculaire métamorphose d’un vieux château d’eau.

Situé à 5 km au nord-ouest de Valtierra, le village de Cadreita a l’ambition de devenir un pôle touristique malgré le peu d’attrait qu’il puisse offrir.
Pour ce faire divers projets ont été pensés par la mairie, le premier d’entre eux s’étant concrétisé aujourd’hui même (lundi 23 mai).

Le village possédait un vieux château d’eau gris, triste et sans intérêt, bref une construction particulièrement laide que beaucoup auraient voulu voir disparaitre. Il a été décidé de transformer cette horreur urbaine en une œuvre d’art, et le moins que l’on puisse dire c’est que le pari est largement gagné.

Avant la rénovation.
Après.

Sans aucune modification de son architecture, ce château d’eau a été métamorphosé en une belle tour d’aspect mudéjare agrémentée sur chacune de ses six faces de plusieurs peintures murales richement décorées. L’une de ces peintures rend hommage aux Bardenas par une représentation du Castildetierra, car ne l’oublions pas Cadreita est un village bardenero historique.
Le résultat est pour le moins surprenant, spectaculaire même, et de grande beauté.

S’il vous est donné un jour de passer par Cadreita, vous pourrez admirer cette œuvre rue el Portal (Calle el Portal), au centre-ouest du village.

Les autres grands projets de revalorisation du village sont les constructions d’un centre d’informations touristiques et d’un belvédère.

 

 

L’observatoire ornithologique de Mainate cambriolé et incendié.

Hier, samedi 21 mai, des individus ont mis le feu au bâtiment d’observation ornithologique de Mainate situé au sud de la Bardena Negra.

Les faits se sont déroulés entre 14h30 et 16h00. Du matériel a été volé dans un premier temps puis toutes les installations ont été incendiées. Les dégâts sont considérables, il ne reste du site qu’un amas de tôles et de bois fumant.

La police venue constater les dégâts devrait voir l’enquête grandement facilité par la découverte sur place d’effets personnels oubliés par l’un des malfaiteurs.

Ce bâtiment créé en 2016 permettait l’observation discrète (vitres sans tain) et à très courte distance de nombreuses espèces d’oiseaux nécrophages, parmi lesquels le vautour et le percnoptère. Pour attirer ces oiseaux sauvages un charnier (nommé muladar) avait été aménagé à quelques dizaines de mètres de l’observatoire.
L’observatoire ornithologique de Mainate était fréquemment utilisé par les scientifiques, par les étudiants de différentes écoles de la région ainsi que par les passionnés de photographie animalière.
Le président du Parc Naturel des Bardenas chiffre le montant des dommages à 40.000 euros, il espère une reconstruction rapide du site.

 

 

AVIS AUX TOURISTES : Un mois de mai exceptionnellement chaud.

Une vague de chaleur très précoce sévit sur l'Espagne depuis le 15 mai.
Le désert des Bardenas est loin d'être épargné, les températures y atteignent durant les heures les plus chaudes les 37°c à l'ombre et dépasseront probablement les 40°c en certains lieux.

Ce mois de mai s'annonce déjà comme étant exceptionnellement chaud avec des températures de l'ordre de 15°C au-dessus de ce qui est habituel pour cette période de l'année.
Selon les services météo il est attendu une légère accalmie entre les 24 et 26 mai, mais la canicule sera de retour dès le week-end suivant.

Soyez prudents, l’ombre est un luxe rare dans les Bardenas et les risques d’insolation sont élevés.

 

 

Idées vacances d'été, partez à la découverte du désert des Bardenas !

Les vacances d'été approchent, que vous soyez entre amis ou en famille laissez-vous tenter par cette destination unique et inoubliable, celle du désert espagnol des Bardenas !

Le présent site internet vous présente deux vidéos par lesquelles vous découvrirez un large choix de services touristiques.
N'hésitez pas, les professionnels du tourisme vous attendent et vous réserveront le meilleur accueil qui soit.

Pour plus de détails veuillez consulter les pages Hébergements et Agences de tourisme.

 

 

Que faire dans les Bardenas lorsque la Pisquerra et le Rallon sont fermés ?

Pour beaucoup de touristes et de randonneurs le désert des Bardenas se limite à la Pisquerra et au Rallon, ce qui est clairement une erreur.

Aussi attractives soient-elles, ces zones ne constituent qu’environ 6% de la superficie des Bardenas. Elles sont interdites d'accès six mois par an pour des raisons de protection des grands rapaces mais le reste du territoire reste libre d’accès durant toute l'année (hormis la zone militaire, bien sûr). Les possibilités de randonnées sont donc nombreuses et il serait bien regrettable de ne pas en profiter.

Alors que faire dans les Bardenas lorsque la Pisquerra et le Rallon sont fermés ?

- Il y a tout d’abord la visite classique, celle des touristes qui viennent parcourir le désert en automobile, en camping-car ou à moto. Les pistes ouvertes aux véhicules motorisés suffisent à avoir un bon aperçu du territoire.

- Il y a ensuite les randonnées à pied et à VTT qui permettent d’approfondir la découverte des Bardenas.
L’interdiction d’accès (périodique) aux massifs de la Pisquerra et du Rallon offre l’occasion de pousser beaucoup plus loin votre connaissance du territoire. Lancez-vous, vous ne le regretterez pas !
D’ouest en est et du nord au sud, une multitude de sites plus attractifs les uns que les autres vous feront découvrir des Bardenas secrètes et inattendues.

Que vous soyez simple touriste ou randonneur, le présent site internet vous propose 16 itinéraires de randonnées en format PDF (itinéraires destinés aux marcheurs, aux vététistes, et aux véhicules de tourisme).
L’exotisme des Bardenas s’offre à vous !

PDF Bardenas

- Pour ceux qui souhaitent plus d’originalité, plus de sensations et être guidés sur place, vous pouvez vous adresser à l’une des agences de tourisme locales spécialement sélectionnées pour vous. Vous aurez alors la possibilité de parcourir les Bardenas à cheval façon cowboy, en segway, en quad, en 4x4 ou en buggy !
Souvenirs exceptionnels garantis !

Activa Experience.
Nataven.
Bardenas Aventure.

 

 

Tourisme dans les Bardenas, de nombreux projets vont se concrétiser.

L’assemblée générale de la Comunidad de Bardenas (organisme gestionnaire du Parc Naturel des Bardenas Reales) s’est conclue ce matin (mercredi 12 mai) par plusieurs annonces :

- L’année 2021 a été clôturée avec une économie de 5 371 491 euros et une trésorerie restante de 26 489 350 euros.

- Le budget 2022 a été approuvé et s’élève à 16 441 300 euros.

- Il est précisé que la dépense le plus élevée pour 2022 concerne pour le moment la remise en état de plus de 15 km de pistes sévèrement endommagées par les inondations de la fin 2021 (voir « Flash infos 2021 »). Le total des fonds alloués à ces travaux s’élève à 504 920 euros.

Le président de la Comunidad de Bardenas, José María Agramonte, insiste sur l'importance de rendre le Parc Naturel économiquement et durablement autonome avant la fin du contrat avec le ministère de la Défense (location du polygone de tir). En effet, il règne une incertitude totale concernant le maintien ou non de la présence militaire dans les Bardenas au-delà de l’année 2028.

-- ------- --

Concernant la gestion du tourisme, plusieurs grands projets sont présentés. Certains se concrétiseront dès cette année ou courant 2023, d’autres demandent toutefois une étude plus approfondie.
Dans l'ensemble ces projets sont pensés pour le tourisme de masse, et principalement pour les visiteurs occasionnels. Les aficionados des Bardenas qui fréquentent ce lieu depuis plus de vingt ou vingt-cinq ans seront eux outrés par ces nouvelles mesures touristiques : En étant de plus en plus contrôlées et réglementées les Bardenas perdent leur caractère sauvage et naturel ; ce n'est plus l'espace de liberté d'antan dans lequel on se sentait si loin de tout, et c'est fort regrettable.

- Le projet très contesté de rendre l’entrée dans les Bardenas payante semble définitivement enterré car impopulaire et difficilement gérable (voir en bas de la page « Flash infos 2021 »).

- Également évoqué en 2021 (« Flash infos 2021 »), le projet de parking payant près du Castildetierra est confirmé.
Une parcelle agricole a déjà été choisie et son aménagement en parking fonctionnel devrait être fait dans le courant de l’année 2022.
Le tarif de stationnement sera d'environ 5 euros par véhicule. Une exonération ou un tarif réduit pourra être accordé aux résidants des villages proches.
Les objectifs de ce parking sont nombreux. Il en va d’abord d’améliorer l’accueil des touristes sur ce lieu très fréquenté et de mettre fin aux stationnements sauvages et anarchiques, et enfin de constituer une trésorerie destinée à amortir divers investissements tels que l’entretient des 700 km de pistes du Parc Naturel et divers projets liés au Centre d’Informations Touristiques d’Aguilares.
Il a ainsi été calculé que si 80 000 véhicules stationnent chaque année sur ce parking cela rapporterait environ 400 000 euros.
Il est important de signaler que le parking du Castildetierra sera le seul lieu de stationnement payant des Bardenas. La circulation restera libre et sera maintenue à travers le Parc Naturel tant pour les visiteurs que pour ses usages traditionnels.

- La création d’un parking pour camping-cars est prévue du côté du lac d’el Férial, dans la Bardena del Plano (zone à faible attrait touristique). Une aire de jeux pour enfants y sera également créée.

- La construction de deux nouveaux Centres d’Informations Touristiques (déjà annoncé page « Flash infos 2019 ») est confirmée. Plus modestes que celui d’Aguilares, ils seront situés l’un à El Paso (nord de la Bardena Blanca) et l’autre sur le territoire communal de Fustiñana (extrême sud des Bardenas).

- La Comunidad de Bardenas envisage de consacrer 350 000 euros dans la création d’un espace commercial dans le Centre d’Informations Touristiques d’Aguilares, ainsi que quelques aménagements en musée.

- Pour finir le président de la Comunidad de Bardenas déclare qu’il envisage la construction d’un hôtel près du Centre d’Informations Touristiques d’Aguilares. Mr Agramonte souhaite voir en ce lieu un hôtel de qualité et il justifie ce choix par ces quelques mots : « Nous avons un emplacement extraordinaire, avec un point de vue d'où l'on peut voir à la fois les Bardenas, les Pyrénées, le Moncayo et toute la vallée de l'Èbre. »
Des contacts ont déjà été pris avec le Gouvernement de Navarre et la Mairie d'Arguedas afin de discuter du projet, mais il est peu probable que la première pierre soit posée avant une bonne décennie.

 

 

Important vol dans une ferme agricole.

La Bardena Aragonaise est une partie des Bardenas dont nous parlons assez rarement, il faut dire qu’elle se situe en dehors des limites du Parc Naturel et que l’attrait touristique y est bien moindre.
Aussi tranquille et discrète soit-elle, cette Bardena Aragonaise fait actuellement parler d’elle pour un fait divers peu commun.

Le 4 avril dernier le propriétaire d’une ferme a déposé plainte après avoir constaté la disparition de 150 tuyaux d’irrigation en aluminium dont la valeur est évaluée à plus de 2.000 euros l’unité, soit un préjudice supérieur à 300.000 euros.

Après un mois d’enquête les gardes civils ont découvert que les tuyaux ont été vendus dès le lendemain du vol à une entreprise de recyclage de Cortes en Navarre.
Les auteurs du vol enfin identifiés, ceux-ci ont été interpellés le 05 mai dernier à leur domicile de Ejéa de los Caballeros. Il s’agit de deux frères d’origine bulgare et âgés de 36 et 37 ans.

 

 

Un éden bardenero.

Le printemps est la saison où la nature s’éveille dans toute sa splendeur, la faune sort de sa torpeur hivernale et une flore riche et verdoyante apparait comme par magie en tous lieux. Le contraste avec les paysages désertiques qu’on connait habituellement dans les Bardenas est spectaculaire.

Cygnes blancs.

Chose peu commune deux majestueux cygnes blancs se sont accordés une halte migratoire sur un petit plan d’eau dans le secteur de Cantera de Juan Obispo (non loin du Rallon).

De majestueux oiseaux blancs.

Profitons de cette ambiance féerique, car dès juin les Bardenas seront de nouveau fidèles à leur réputation, à savoir un désert chaud, sec et poussiéreux.

 

 

23ième course "Extreme Bardenas".

La célèbre course VTT "Extreme Bardenas" est de retour après une interruption de deux ans pour cause de pandémie covid-19.
Cette 23ième édition se déroulera le dimanche 26 juin prochain.

"Extreme Bardenas" est une course VTT particulièrement éprouvante, les vététistes qui y participent doivent parcourir quelques 100 km de pistes poussiéreuses dans une atmosphère bien souvent caniculaire.

Rares sont les français à y avoir participé, alors si vous êtes un mordu du vélo n’hésitez pas, inscrivez-vous !

Les inscriptions se font sur le site www.extremebardenas.com, elles sont ouvertes à toutes personnes âgées de plus de 16 ans et ayant une bonne constitution physique. Vous devez vous inscrire avant le 05 juin, sous réserve qu’il reste encore des places (cette course est limitée à 1500 participants).

Tarif de l’inscription : 45 euros.

 

 

La Trashumancia d’Arguedas est de retour !

Après deux années de pandémie covid avec l’annulation de toutes les festivités, 2022 s’annonce comme étant l’année du renouveau : C’est le grand retour des fêtes de village !

Qu’elles soient profanes ou religieuses, ces fêtes sont particulièrement nombreuses en cette période de l’année et présentent bien souvent un grand intérêt touristique et culturel.
Semaine Sainte et week-end de Pâques, descente de l’ange à Tudela, romérias, encierros (lâchers de taureaux dans les rues), fête des géants d’Arguedas, fêtes foraines, fête de la Citrouille, etc. Tout autour des Bardenas la population revit !

Diverses manifestations, sportives ou non, sont aussi de retour comme la célèbre course VTT Extreme Bardenas et la Marche anti-polygone de tir.

Trashumancia Bardenera

A titre d’exemple citons la Trashumancia d’Arguedas (village bardenero par excellence) qui se déroulera le samedi 07 mai prochain.

La Trashumancia s'inscrit dans les coutumes et traditions du village.
Les festivités débutent par des repas en plein air ainsi que diverses activités sur la Place de los Fueros (centre urbain), et se terminent généralement par un concert nocturne public.

Vers 18h00 une dizaine de taureaux est lâchée dans la Sierra del Yugo, escortée par une trentaine de cavaliers. Les taureaux courent ici et là, entre monts et ravins, régulièrement ramenés vers le droit chemin qui les conduit jusqu'aux rues d'Arguedas, puis jusqu’à la Place du Générale Clémente (à proximité de la Place de los Fueros).

Les nombreux spectateurs qui jalonnent le parcours participent activement à cette fête par des cris et des gesticulations de manière à exciter d'avantage les bêtes.

Cette fête populaire mérite d’être vue, alors si vous vous trouvez dans la région le samedi 07 mai, n’hésitez pas, allez assister à la "Trashumancia 2022" !

 

 

AVIS AUX TOURISTES : Exercices militaires à feu réel !

Des exercices aériens avec tirs et bombardements à feu réel se dérouleront dans la zone militaire de la Bardena Blanca durant les jours suivants :

- Le vendredi 22 janvier de 09h00 à 13h30.
- Le lundi 25 avril de 09h00 à 14h30.
- Le mardi 26 avril de 09h00 à 14h30.

L'usage de la piste principale du polygone sera perturbé durant ces exercices militaires (interdiction temporaire de circuler, tant en véhicule motorisé, qu'à vtt et à pied).
La piste menant au Castildetierra restera libre d'accès.

Nota : Les exercices de tir et de bombardement aériens ont lieu toute l'année mais uniquement avec des munitions d'entrainement. Seuls les exercices à feu réel sont annoncés dans ce site internet en raison, pour l'occasion, de l'interdiction d'utilisation de certaines pistes.

 

 

Forte baisse des températures et petites chutes de neige.

Il a neigé dans l’extrême nord des Bardenas hier, samedi 02 avril.
Bien que modeste cet épisode neigeux a suffi pour blanchir le paysage dans plusieurs zones de la Bardena de Sadaba (Bardena aragonaise) ainsi que du côté d’el Paso et d’el Plano.
Paysage neigeux.

Ce mois d’avril débute de façon très froide, -2,3°c la nuit dernière dans la Bardena Negra, alors que nous avions il y a encore quelques jours de belles journées avec des maximales parfois supérieures à 20°c.

Fin de journée sous la neige.
En fin de journée il tombait de gros et très légers flocons de neige. Photos de A.F.Gallizo

 

 

Road-Trip dans les Bardenas.

La revue des motards aventuriers Road-Trip présente un intéressant récit de voyage de six pages consacrées aux Bardenas.

Bardenas
Road-Trip n°71, en librairie depuis le 28 mars

 

Road-Trip dans le désert des Bardenas

 

Une source non répertoriée.

Nous nous étions retrouvés ce jour-là, José Maria, Ruben et moi, dans le restaurant Bornax de Valtierra, un lieu agréable et convivial réputé pour ses savoureuses côtes de bœuf et pour son cidre servi à volonté.
Nous mangions avec appétit tout en discutant de choses et d’autres, et bien entendu le mot « Bardenas » revenait assez souvent dans nos conversations.

En buvant l’excellent cidre servi à même le tonneau nous décidions d’un accord commun de finir cette belle journée d’hiver dans la Bardena Blanca, et plus précisément dans un secteur méconnu situé aux environs du Barranco de las Cuevas, au nord de Monte Artea.

En fin connaisseur des Bardenas José Maria nous déclara avoir découvert en ce lieu une source d’eau non répertoriée. Cela mis en éveil ma curiosité car à ma connaissance aucune source n’a été découverte dans la Blanca. Les seules sources à avoir été référencées par les hydrographes et par les cartographes se situent exclusivement sur le vaste plateau de la Bardena del Plano, et elles sont peu nombreuses.

Un dernier verre de cidre et nous partons aussitôt en direction des Bardenas à bord du vieux Range Rover de José Maria. Cliquez ici pour lire la suite.

Dans un barranco bardenero.
José Maria et Ruben.

 

 

L'Espagne sous une poussière de sable.

Un ciel nuageux de teinte rouge-orangée, ce matin (15 mars) il régnait une étrange ambiance dans les Bardenas.
Cette étrangeté s’est avérée encore plus spectaculaire dans les villes et villages proches puisqu’une poussière rouge-ocre a tout recouvert, des voitures au mobilier urbain jusqu’aux feuilles des arbres, … rien n’ayant été épargné.

Il s’agit là d’un phénomène bien connu quoiqu’assez rare, et dans le cas présent très exceptionnel par son ampleur. Explication :
Une tempête maritime nommée Célia fait actuellement rage au large de l’Andalousie, boostant dans le même temps un puissant vent venu d’Afrique.
Il se trouve que ce vent est fortement chargé en poussière de sable du Sahara, et le vaste nuage de poussière qui en résulte s’étale depuis cette nuit sur toute la péninsule ibérique ainsi que sur une grande partie de la France.

Cette poussière de sable tombe au sol par effet de gravité et recouvre tout de façon très invasive, en ville comme dans les campagnes, en plaine comme en montagne, tantôt sèche, tantôt avec la pluie, et dans ce dernier cas on parle de "pluie de sang" ou de "pluie boueuse".

Cette poussière du Sahara ressemble beaucoup à celle des Bardenas (semblable à du talc), c'est donc plutôt dans les zones habitées qu'on la remarque le plus.
Au sud de l’Espagne, provinces d’Alméria et de Murcia en tête, la situation s'avère bien plus spectaculaire, il règne une angoissante ambiance d’apocalypse.

Cet épisode poussiéreux devrait prendre fin d’ici deux ou trois jours.

Ci-dessous : En Espagne comme en France les automobiles sont toutes plus ou moins recouvertes de poussières. Même le 4x4 du webmaster du présent site internet n’y a pas échappé (photo du haut). La ressemblance avec la poussière des Bardenas est grande mais elle n'est qu'apparente, celle du Sahara étant collante et très abrasive.
Bardenas
Ci-dessous : Les passionnés du Haut-Aragon auront reconnu le massif du Mont-Perdu.
Pyrénées
Ci-dessus : Partout dans les Pyrénées la neige est couleur sable, comme ici à Piau-Engaly (Pyrénées françaises). Seuls les hauts sommets sont épargnés.
Ci-dessous : Voici deux photos spectaculaires prises sans filtre et donc en couleur réelle !
Alméria (Andalousie) a passé la journée dans cette hallucinante atmosphère orangée, une atmosphère où l’air était difficilement respirable.
Almeria Andalousie

 

 

Photo insolite.

Les villes ont leurs pigeons, les campagnes leurs petits moineaux, et pour les Bardenas se sont des oiseaux un peu plus imposants qui occupent le ciel et qui se posent sur le toit des maisons pastorales.

Entre un moineau de 40 grammes et un vautour de 10 kg, ce n’est clairement pas la même chose.
Les Bardenas, c’est vraiment un autre monde.

 

 

Vision artistique

Une étrange vision artistique des Bardenas.

Artiste à part entière, la nature a sculpté les Bardenas avec talent. Les pluies torrentielles, le souffle puissant du vent, le feu du soleil et le froid glacial de l’hiver, toutes ces forces érosives ont patiemment façonné les extraordinaires paysages que nous pouvons admirer aujourd’hui.

Puis un artiste français, Guillaume Amat, est passé par là. Il nous présente à travers cette belle vidéo sa propre vision des Bardenas.
Surprenant autant qu’étrange.

 

 

Le saviez-vous Bardenas.
Le loup a longtemps suscité la peur dans l'imaginaire collectif. Il n’y a pas si longtemps cette bête réputée cruelle et sanguinaire était encore vue comme un monstre diabolique dont il fallait impérativement se débarrasser.
Cette mauvaise réputation était bien sûr surfaite, nous le savons bien aujourd’hui, les actes de prédation du loup contre l'humain n’ayant eu lieu qu'à de très rares occasions et dans des contextes bien précis.
Il est cependant vrai que le loup représentait autrefois une menace sérieuse pour les éleveurs de bétail, surtout dans le vaste désert des Bardenas où les bergeries s’avéraient particulièrement isolées.

Dans les temps anciens les loups ne menaçaient pas seulement les bergers et leurs brebis, il est parfois arrivé qu’ils s’aventurent jusqu’aux portes des villes et des villages, semant de ce fait de grandes inquiétudes au sein de la population.
Les morsures étaient à craindre, non pas seulement pour les blessures qu’elles pouvaient occasionner, mais surtout pour une maladie virale très redoutée à l’époque et généralement mortelle : la rage.

A ce sujet, un fait divers très bien documenté est survenu à Tudela le 23 juin 1851 : Aux premières heures de la journée un loup enragé a traversé le pont de l'Èbre et est entré dans la ville, attaquant et blessant furieusement plusieurs personnes. Un veilleur de nuit et un garde réussirent à abattre l’animal. Quelques jours plus tard, trois des blessés, dont le garde susmentionné, décédèrent des suites de la rage que le loup leur avait transmise.

Nota : Les animaux infectés transmettent la rage par morsure, puisque le virus se trouve dans la salive. Après quelques jours d'incubation, les personnes blessées présentent généralement un comportement violent avec une sécrétion salivaire abondante ainsi qu’une hydrophobie, jusqu'à ce qu'elles meurent dans une douloureuse agonie.

Pour toutes ces raisons, le loup a été durant des siècles une espèce maudite et cruellement persécutée dans la région, comme d’ailleurs un peu partout en Europe.

Des écrits datant du moyen-âge attestent que les loups étaient autrefois relativement nombreux dans les Bardenas. Au XIX° siècle il fut décidé d’accorder des primes à toutes personnes qui en tueraient. Dans les ordonnances datant de 1840 l’article 28 stipule : « Les prix établis par les lois pour ceux qui tuent les loups et autres animaux nuisibles dans les Bardenas seront payés par la Commission sur les fonds communs des vingt-deux communes avec la proportion indiquée au précédent article ».
Le mot d’ordre était donc clair, dans la région des Bardenas l’extermination du loup était encouragée et cela pouvait se faire par tous les moyens possibles, par empoisonnement, par pièges ou par la chasse.

 

Il semble que le dernier loup connu des Bardenas ait été tué dans les années 1920 par un chasseur d'Arguedas surnommé « el posaderico », fils de l'aubergiste local et appelé ainsi à cause de sa petite taille. Que ce soit ou non le dernier des loups à avoir parcouru les Bardenas, l'espèce a disparu du territoire dans ces années-là, et depuis lors plus aucun autre spécimen n'y a été vu, … à priori.

Depuis le début des années 1980 le loup semble réapparaitre sporadiquement en divers lieux de Navarre et d’Aragon, en zone pyrénéenne mais aussi dans les plaines de l’Ebre et parfois mêmes à proximité des Bardenas. Cela met en évidence une recolonisation lente mais certaine de ces deux régions par les loups.
Et les spécialistes sont formels, le loup fera du territoire bardenero l’une de ses zones d’occupation de prédilection. Le loup ayant plutôt tendance éviter l’homme le tourisme n’en sera pas impacté, mais les éleveurs, les gardes et les chasseurs devront s’adapter et s’habituer à sa présence.

 

 

AVIS AUX TOURISTES  : Remise en état de la piste du polygone de tir.

La totalité de la piste du polygone de tir va être en travaux jusqu’au 25 mars pour une remise en état.

Hormis pour la portion caserne/Castildetierra pour laquelle une déviation a été mentionnée dans l’article ci-dessous, la circulation des véhicules sur le reste de la piste périphérique sera faiblement affectée (circulation alternative dans les deux sens).

La première phase de travaux a débuté aujourd’hui (24 février) du lieudit la Cruceta jusqu’à l’étang de Zapata. D’autres portions de pistes suivront durant les prochains jours et prochaines semaines.

 

 

AVIS AUX TOURISTES  : Piste en travaux.

La portion de piste du polygone de tir qui part de la caserne militaire jusqu’au Castildetierra est interdite à la circulation le temps de sa remise en état, les travaux devant durer trois jours (réouverture vendredi 25 février).

Dans l’attente vous pouvez emprunter la piste « Raso Javiero » qui mène directement au Castildetierra, elle est accessible 430 mètres après le panneau d’entrée dans les Bardenas. Cette piste est celle qu’emprunte la quasi-totalité des touristes, le tourisme ne sera donc pas impacté par ces trois jours de travaux.

 

 

Un loup près des Bardenas ?

Les bergers du sud de la Navarre sont en alerte, l’un d’entre eux assure qu’un loup aurait attaqué son troupeau la semaine dernière (14 février) durant trois nuits consécutives.
Ce berger établi à Ablitas déclare que quinze de ses bêtes ont été touchées : une brebis et huit agneaux sont morts, les autres animaux ayant été grièvement blessés.
Le berger décrit ces attaques comme particulièrement violentes : « Les agneaux ont été directement éventrés et les organes internes dévorés ».

Des Gardes de l’Environnement sont restés près du troupeau concerné durant deux nuits mais le loup ne s’est pas manifesté. Cependant le berger est formel, le loup n’est pas bête, il s’est déplacé !
Pour preuve, notre berger s’est retrouvé à une centaine de mètres de lui à Fontellas alors qu’il conduisait un autre de ses troupeaux.

Dans la commune voisine, à Cabanillas, un second berger déclare avoir perdu une chèvre et une brebis.

Le loup aurait été signalé une première fois en janvier.

Si les bergers tendent à s’alarmer, le scepticisme demeure. S’agit-il vraiment d’un loup ? ou ne serait-ce qu’un simple chien errant ?
Difficile d’affirmer quoique ce soit, aucune trace n’ayant été trouvée sur les sols secs et durcis par la sécheresse. Cependant il faut bien avouer que le comportement nocturne de l’animal peut laisser penser à celui d’un loup, et le berger d'Ablitas n'en démord pas, "C'est un loup !"

Ce n’est pas la première fois qu’un loup est signalé près des Bardenas, on se souvient qu’en mars 2018 un loup avait été signalé à Novillas et près d’Ejéa de los Caballeros, non loin de la Bardena aragonaise (voir détails dans « Flash infos 2018 »).

Nota : Ablitas, Fontellas et Cabanillas se situent au sud-ouest des Bardenas, entre 20 et 10 kilomètres des limites du Parc Naturel.

 

 

Enorme explosion entendue dans les Bardenas.

Depuis une semaine des avions de chasse et des avions cargo viennent s’entrainer chaque nuit au-dessus du polygone de tir (voir article plus bas dans cette page web), provoquant de ce fait de nombreuses nuisances sonores dont se plaignent les habitants des villages proches, tant en Navarre qu’en Aragon.

Il y a quelques heures (mardi 15 février) une énorme explosion s’est faite entendre dans les Bardenas jusqu’à Tudela, faisant trembler les fenêtres et aboyer les chiens comme devenus fous.
Explosion d’une bombe ? Bang supersonique ?
Pour le moment nul ne le sait.

Quand on pense que la Pisquerra et le Rallon sont actuellement fermés aux randonneurs pour assurer la tranquillité des grands rapaces, … pas sûr que les vautours puissent dormir tranquille.

Voir page « Flash infos 2011 » où un fait similaire est mentionné.

 

 

Le lièvre et le renard.

Cette histoire s’est déroulée dans les proximités de la Pisquerra par une belle journée d’hiver.

Un lièvre, probablement plein d’entrain et de joie de vivre, gambadait joyeusement ici et là lorsqu’il fit une chute dans un gouffre qu’il n’avait pas vu à temps.

Peine pour lui, ce gouffre s’avéra trop profond pour qu’il puisse en sortir seul.
Notre ami le lièvre tenta malgré tout, avec acharnement, de s’échapper de ce piège par une multitude de bonds, … en vain.
Les innombrables traces de griffes sur les parois du gouffre témoignent de ces tentatives désespérées.

Le lièvre semblait donc condamné à périr en ce lieu.
Nul ne sait combien de temps il resta captif des profondeurs des Bardenas, quelques heures ? Quelques jours ? Mais ce qui est certain c’est qu’un malheur n’arrive jamais seul.

Il se trouve que Maître Renard passa par-là, et par l’odeur alléché trouva le gouffre duquel émanait la bonne senteur d’un repas providentiel.

Le gouffre, trop profond, aurait assurément constitué un piège pour le renard si celui-ci s’y était élancé. Mais le renard est prudent, le renard est rusé.
Maître Renard décida de creuser une tranchée inclinée vers l’intérieur du gouffre, rendant ainsi l’accès à son repas moins périlleux et la sortie plus aisée.

Notre ami le lièvre, sentant le grand danger arriver et ne disposant d’aucune échappatoire, dû se résoudre à affronter la mort, seul, avec l’issue fatale qu’on lui connait.

On imagine aisément la panique et l’agitation qui ébranla le fond du gouffre lorsque le renard y accéda. Le combat fut certainement très bref, et il ne reste aujourd’hui de notre pauvre lièvre que quelques touffes de poils, … rien de plus.

Maître Renard s’empara donc de sa proie à pleines dents, puis la sortit de ce piège mortel par cette judicieuse rampe creusée à même la terre.

L’histoire ne dit pas où le lièvre fut dévoré, mais ce qui est certain c’est que Maître Renard fut amplement rassasié.

Le trou et la tranchée vu d'en haut.
Vue rapprochée.
En surface le gouffre est à peine visible, mais ce tas de terre et cette tranchée montrent clairement la détermination du renard.
Le fond du gouffre.
Vu d'en bas.
A gauche vu d'en haut, et à droite vu depuis le fond du gouffre.
Ce trou est relativement profond, il constitue un piège mortel pour tout animal tombant dedans.
Des centaines de traces de griffes.
Vue rapprochée.
Des centaines de traces de griffes, les parois du gouffre témoignent des tentatives acharnées d'évasion du lièvre.
Des touffes de poils.
Des touffes de poils, signes d'une lutte désespérée pour le lièvre, fructueuse pour le renard.
La tranchée vue du fond.
Vue de la surface.
La tranchée habilement creusée par le renard, vu d'en bas et vu d'en haut.
Toutes ces photographies sont de José Maria Samanes.

Une véritable scène de crime !

Cette histoire s’est déroulée début février sans autres témoins que le renard et le lièvre eux-mêmes. Cependant les traces et indices abondent et qui connait bien les Bardenas et la nature en général n’aura aucun mal à comprendre ce qu’il s’est passé en ce lieu.

Le gouffre, les traces de griffes sur les parois, la tranchée fraichement creusée dans le sol, et les quelques touffes de poils, tout cela confirme bien qu’un lièvre est tombé dans le gouffre, qu’il a tenté de s’en échapper, qu’un renard a creusé une tranchée pour y accéder, et qu’un bref combat s’est déroulé au fond de ce piège mortel.
Seule incertitude, les circonstances dans lesquelles est tombé le lièvre. Par simple imprudence et le renard serait arrivé bien plus tard, ou a-t-il décidé de s'y réfugier alors que le renard était à ses trousses.

Surprenante histoire.
Ainsi va la vie sauvage dans le désert des Bardenas.

 

Bon à savoir : Nous en avions parlé dans un précédent article, les gouffres sont légion dans la Bardena Blanca et constituent l’un des principaux dangers des Bardenas.
Les gouffres sont particulièrement fréquents sur les bords supérieurs des barrancos (ravins), bien qu’ils puissent aussi apparaitre plus loin comme par exemple en plein champ. Les randonneurs pédestres et les vététistes se doivent donc d’être vigilants, surtout s’ils sont accompagnés d’enfants, car les gouffres ne sont parfois visibles que lorsqu’on se trouve à un ou deux mètres d’eux.

 

 

Entrainement d’avions cargo militaires au-dessus des Bardenas.

Sept avions cargo militaires originaires de six pays européens vont s’entrainer au camp de San Gregorio ainsi qu’au polygone de tir des Bardenas durant deux semaines à compter d'aujourd'hui, mercredi 09 février.
Pour le moment il n’est pas prévu de fermeture de pistes, le tourisme ne sera pas impacté.

Les pays participants sont l’Espagne, la France, l’Allemagne, l’Italie, la Pologne et la Norvège. Les avions cargo sont représentés par trois A400M, un C295, un C130, un C130J et un C27J.

Ces entrainements vont se dérouler dans le cadre d’un stage d’entrainement tactique organisé par l’ETAC (Centre européen du transport aérien à Saragosse). La plupart des missions auront lieu de nuit et incluront le largage aérien de militaires (parachutistes) et de fret, des exercices tactiques avec simulations de menaces sol-air et air-air, des vols à basse altitude, des tirs d’assaut avec extractions et infiltrations de militaires, etc.

 

NOTA : Tout cela laisse penser à un possible lien avec les actuelles tensions entre l’Ukraine et la Russie. En effet lorsqu’une menace de conflit militaire se profile quelque part dans le monde on constate une augmentation des entrainements d’appareils de l’OTAN dans les zones de San Gregorio et des Bardenas.
Pour rappel, la Russie a envoyé quelques 200.000 militaires près de la frontière ukrainienne, laissant penser à une invasion armée imminente. Les tensions et échanges de tirs sont presque quotidiens dans le Donbass, région d’Ukraine revendiquée par les séparatistes pro-russes. Moscou est accusée d'être partie prenante dans ce conflit en armant et finançant les rebelles pro-russes. De son côté la Russie accuse (avec raison) les USA et les européens de vouloir étendre l’OTAN jusqu’à ses frontières par le consentement à l’adhésion de l’Ukraine au sein de l’alliance atlantique.
Tensions internationales compliquées et potentiellement très explosives.

 

Trois sites militaires :

Carte des sites militaires

-1- Le polygone militaire des Bardenas est exclusivement utilisé par les forces aériennes espagnoles et de l’OTAN. Des hélicoptères de combat, avions de chasse, bombardiers, et autres aéronefs viennent régulièrement y réaliser des exercices de tirs et de bombardements. Il s’agit de l’un des plus importants champs de tir et de bombardement en Europe, et aussi le seul existant en Espagne. Sur la carte ci-contre, la ligne bleue représente les limites des Bardenas.

-2- Le champ de manœuvres de San Gregorio se situe tout près de la ville de Saragosse, à une quarantaine de kilomètre du polygone de tir des Bardenas (ou à 25km de la Bardena Negra). Le site, extrêmement vaste, est utilisé par l’armée de terre espagnole et occasionnellement par les forces de l’OTAN. Lorsque des exercices à feu réel ont lieu, les détonations des explosions sont entendues à des kilomètres à la ronde, et de nuit les lueurs de ces mêmes explosions sont parfois visibles depuis les Bardenas !

-3- La base aérienne de Saragosse se situe juste à coté de l’aéroport de la ville, c’est d’ici que décollent les avions et hélicoptères en partance pour les Bardenas.

 

 

Le sol des Bardenas, un vrai gruyère !

Imaginez, vous êtes agriculteur dans les Bardenas, vous conduisez votre tracteur sur l’un de vos champs, et soudain le sol s’ouvre sous vos roues !
Que s’est-il passé ?!!!

L’explication est dans la nature des sols et dans les effets de la météo sur ceux-ci.

Les sols des Bardenas sont constitués de marne (argiles calcaires) et sont donc très sensibles à l’érosion hydrique. Les fortes pluies érodent non seulement les sols en surface, mais aussi en profondeur de façon très sournoise.

Des gouffres de plusieurs mètres de profondeur apparaissent ici et là, et des galeries souterraines sont créées à quelques dizaines de centimètres de la surface sans qu’on puisse en soupçonner l’existence, … et c’est là que se trouve le piège.

Incident dans un champ des Bardenas.
Hier, ce tracteur qui était occupé à boucher un large trou dans ce champ avec des fagots de paille a été victime de l'effondrement d'une galerie souterraine.

Lorsqu’un engin agricole lourd de plusieurs tonnes passe au-dessus de l’une de ces galeries, la voûte cède, les roues s’enfoncent brutalement dans le sol, et le véhicule se retrouve immobilisé dans une position parfois assez problématique.

C’est précisément ce qui est arrivé hier, mardi 08 février, dans un champ proche de la Pisquerrra.

Une position compliquée.
Photographies de José Maria Samanes
Un second tracteur vient à la rescousse.
Un second tracteur vient en renfort.

A lire aussi un court article de la page « Flash infos 2014 » qui aborde ce sujet de galeries souterraines.

 

 

La fenêtre la plus atypique des Bardenas n’est plus.

Parmi les innombrables maisonnettes agricoles et pastorales des Bardenas il y en a quelques-unes qui se distinguent par leur esthétisme singulier. C’est le cas du Corral del Estrecho, une ancienne bergerie de la plana de la Negra.

Aujourd’hui dans un état de ruine très avancé cette bâtisse pouvait jusqu'à présent se targuer de posséder la fenêtre la plus atypique des Bardenas. En fait de fenêtre l’ancien propriétaire des lieux avait jugé bon de condamné cette ouverture de la manière la plus esthétique qui soit, une véritable œuvre d’art.

Une fenêtre très atypique

Le mur et sa fenêtre se sont récemment écroulés (fin janvier), victimes des forces érosives qui martèlent sans cesse cette bâtisse déjà grandement fragilisée, les pluies diluviennes de l’automne dernier et les fortes rafales de vent de ces derniers jours n’y sont certainement pas pour rien.

Avant
Après

Photos d'Irene Nonay et de Frédéric Moncoqut

 

 

 

Cet héritage rural tombé en désuétude.

« Il fallait 6 heures à mon arrière-grand-père pour aller jusqu’à sa ferme située dans la Bardena Negra, alors qu’aujourd’hui il ne me faut que 15 minutes. »
Ces quelques mots sont d'Irene Nonay, jeune agricultrice espagnole, et ils en disent long sur les conditions de vie et de travail des bardeneros d’antan.

Car jusque dans les années 1960 les bergers et les agriculteurs ne se déplaçaient dans les Bardenas qu’en charrette, à dos de mulet ou au pire à pied, sur des pistes peu nombreuses et mal entretenues.

Relier un point à un autre pouvait relever d'une véritable aventure, il était donc plus commode de rester sur place durant le temps nécessaire aux travaux agricoles, cela pouvant aller de quelques jours à plusieurs semaines.

Autrefois nombreuses, les bergeries et maisonnettes agricoles se devaient d’offrir un minimum de confort à leurs occupants, à savoir des vivres, de l’eau, un lit, et une cheminée pour les froides nuits d’hiver.
Un piètre confort qui était néanmoins acceptable.

De nos jours tout cela semble bien archaïque. Bergers et agriculteurs possèdent tous une automobile leur permettant de retourner chaque soir au domicile familial dans les villages proches des Bardenas, par des pistes nombreuses et bien entretenues.

Les temps de trajet étant considérablement plus court que par le passé, nombre de maisonnettes pastorales et agricoles (que l'on nomme "cabañas") ont perdu leur raison d’être et sont laissées dans l’abandon le plus total.

Par manque d’entretien la plupart des cabañas sont aujourd’hui dans un état de ruine très avancé. Le temps a fait son œuvre.

Pierres et tuiles

La pluie, le vent, les hautes et basses températures, les forces de la nature fragilisent d’année en année ces belles bâtisses traditionnelles qui tendent à s’écrouler comme des châteaux de cartes. Et c’est sans compter sur les vols, car il arrive parfois que des personnes sans gènes viennent dans les Bardenas pour s’approvisionner gratuitement en matériaux de construction, à savoir les pierres et les tuiles.

Les vieilles cabañas ne passionnent pas grand monde et l’écrasante majorité d’entre-elles est condamnée à disparaitre dans l’indifférence générale. Pourtant elles forment un précieux héritage de l’histoire récente des Bardenas, un héritage mettant en avant l’architecture locale de la première moitié du XXe siècle.

Les restaurations sont rares, et souvent de mauvais gout, les vieilles pierres et les toitures traditionnelles n’ont plus la cote, on leurs préfère les murs de briques et de ciment et les toits en tôles ondulées.

Photos de Frédéric Moncoqut

Le toit des cabañas d'antan est fait de roseaux tressés recouverts de tuiles en terre cuite.

 

Bergerie 1
Bergerie 2
Ci-dessus nous voyons l'intérieur de deux bergeries, les brebis étaient rassemblées en ce lieu durant la nuit. Notez la charpente posée sur de solides piliers de pierres.
Sur la photo de droite les tuiles ont disparu (volées), la lumière du soleil passe à travers le maillage des roseaux tressés.

 

Intérieur d'une cabaña des Bardenas

Il arrive parfois que l'intérieur de certaines cabañas isolées conserve encore du mobilier et quelques objets du quotidien.

A droite, une cheminée typique des cabañas bardeneras..

Belle cheminée

 

Vestiges
Bon nombre de cabañas ont perdu leur toiture, comme ici dans la Bardena Negra.

Quelques cabañas ont toutefois conservé leur intégrité et restent parfaitement fonctionnelles pour l'agriculture et l'élevage.
Certaines se distinguent même par leur beauté particulière, comme ci-dessous avec cette jolie maison cachée dans le maquis de la Plana de la Negra. Cette cabaña a été admirablement restaurée par un couple de Tudela qui y passa tous ses weekends durant des année jusqu'au décès du mari (plombier de profession). Elle dispose de presque tout le confort moderne et son emplacement privilégié permet de jouir d'une vue exceptionnelle sur les pinèdes de las Caidas de la Negra avec en toile de fond, à l'horizon, la majestueuse montagne Moncayo.

Maison dans la Negra
Sur les hauteurs de la Bardena Negra, cette belle maisonnette a été bâtie dans un environnement naturel calme et reposant. Elle est connue sous le nom de cabaña de Vidal, mais son ancien propriétaire l'appelait Cabaña de las Aguilas (maisonnette des aigles).
 
Maison dans la Blanca
Cette charmante maisonnette est certainement la plus photographiée des Bardenas.

Dans la Bardena Blanca se trouve la cabaña de Pancho, la maisonnette la plus connue et la plus charmante des Bardenas (photo ci-dessus). De nombreux shooting-photos et vidéo-clips y ont été réalisés, notament pour deux grandes stars françaises : Johnny Hallyday et Eddy Mitchell (voir "Flash infos 2006").
Aussi belle soit-elle, cette maisonnette n'a pas vraiment d'utilité, ni pour l'activité agricole ni pour l'élevage, et elle n'est pas habitable.

Maison dans la Blanca Alta
La cabaña La Roca se nomme ainsi car elle est partiellement bâtie sous roche.

La jolie petite maisonnette de "La Roca" mériterait aussi sa place dans le classement des plus belles cabañas des Bardenas. Située dans un havre de paix très reculé de la Blanca Alta, elle a été agnifiquement restaurée alors qu'elle était auparavant dans un état de ruine quasi-totale. Cette cabaña est aujourd'hui parfaitement habitable sur de courte durées.

 

 

AVIS AUX RANDONNEURS : Interdiction temporaire d'accès à certaines zones.

Comme chaque année les zones Pisquerra, Rallon, Ralla, Gorra et Zapata sont temporairement interdites d'accès afin de ne pas perturber la reproduction et la nidification des rapaces qui vivent en ces lieux.

Pour cette année 2022 l'interdiction d'accès débute ce mardi 01 février. Il faudra attendre le mois de septembre (date précise non connue) pour pouvoir à nouveau circuler dans les zones précitées.

Pour situer les zones périodiquement interdites d'accès, veuillez cliquer ici (cartes).

Panneau d'interdiction.
IMPORTANT, BON A SAVOIR !
Les zones concernées par cette interdiction d'accès ne représentent que 6% de la superficie des Bardenas, ce qui signifie que le reste du territoire est libre d'accès durant toute l'année de 08h00 jusqu'à une heure avant le coucher du soleil.
Les Bardenas restent donc une destination très attractive, ne vous en privez pas !

 

 

Un panneau parfois mal compris.

Dans les lieux les plus fréquentés des Bardenas les randonneurs peuvent être amenés à voir des panneaux tels que celui-ci.

Ce panneau vous invite à ne pas circuler à pied ou à vtt sur les reliefs afin d’éviter une accélération de l’érosion. Rien à dire là-dessus, cette interdiction est justifiée mais elle peut toutefois laisser penser que c’est tout le relief qui est interdit d’accès, même s’il est doté d’une piste.

Panneau Bardenas

Ce qui est clairement désigné par cette signalétique c’est l’ascension des pentes concernés en mode hors-piste. Si une piste ou un sentier clairement tracé permet d’accéder à tel ou tel sommet il est alors autorisé de l’emprunter (sous réserve qu’il n’y ait pas un autre panneau l’interdisant).

Notons que les sommets tabulaires ne sont pas vraiment concernés par l’érosion, comme par exemple le Rallon (tabulaire et accessible par piste).

- ------------ -

Et si un garde vous déclare malgré tout que l’accès est interdit malgré la présence d’une piste ?
C’est très simple, s'il n'y a pas de panneaux d'interdiction concernant la piste ou si la zone n’est pas encore fermée à la randonnée (Zone Pisquerra-Rallon-Ralla) il faut considérer que l'accès est autorisé, … et cela quoiqu’en dise le garde.

En clair, absence de panneaux d'informations ou d'interdictions signifie autorisation.

A voir aussi : Les méthodes très contestables du Centre d’Informations Touristiques et de ses gardes, … des touristes témoignent.

 

 

Liens du menu inactifs, problème réglé !

28/01/22 - Les liens inactifs ne seront bientôt qu’un souvenir pour les possesseurs d’appareils Apple, la source du problème ayant été identifiée.
Le menu est de nouveau fonctionnel, et les quelques autres pages également touchées par ce disfonctionnement le seront très bientôt, le webmaster y travaille activement.

Premier Bug en 18 ans d’existence, le site se doit donc de s’adapter à la marque Apple et à son système d’exploitation, alors qu’il ne connait aucun problème avec les autres marques.
Il n’y a pas à dire, Apple c’est vraiment un monde à part.

 

 

Liens du menu inactifs, problème bientôt résolu ?

26/01/22 - Fred Moncoqut (webmaster du présent site internet) travaille d'arrache-pied sur le problème rencontré par le site depuis le 16 janvier dernier.

Parmi les différentes marques de mobiles et de systèmes d'exploitation, ce qui ressort clairement c'est que les possesseurs de téléphones Apple sont très majoritairement impactés par ce problème de liens inactifs (même si tous les Apple ne sont pas concernés).

Quelques internautes ont contacté le webmaster afin de l'aider dans cette tâche, et il se pourrait bien que l'un d'eux ait partiellement trouvé la source du problème.
Fred y travaille assidument.

 

 

Problème de fonctionnement avec les appareils Apple.

16/01/22 - Il semblerait que les liens du menu du site ne fonctionnent plus avec certains appareils de marque Apple. Le webmaster tente actuellement de régler cet étrange problème mais en déceler l’origine s’avère très compliqué.
Si vous avez des infos sur ce sujet elles sont les bienvenues :
bardenaragon@orange.fr

 

 

Un 01 janvier tristounet.

Curieuse ambiance pour ce jour de l’an, les Bardenas sont restées cachées toute la journée sous un épais brouillard. Où que l’on soit le gris a été la teinte dominante avec une visibilité n’excédant que rarement les 300 mètres.

A bien y regarder ce brouillard stagnant s'étend sur une zone géographique bien plus vaste que celle des Bardenas : du Pays Basque à la Catalogne en passant par la Navarre et l’Aragon, c'est à dire sur toute la vallée de l'Ebre.

Conséquence de l'absence d’ensoleillement, les températures ont oscillées entre 2°c et 6°c alors qu’ailleurs celles-ci se sont montrées bien plus agréables (hors zone de brouillard) comme à Pampelune avec 15°c ou à Jaca (Pyrénées aragonaise) où elles ont été presque printanières : 20°c !

Ce phénomène météo persiste depuis trois semaines avec 12 jours de brouillard total consécutifs (voir « Flash infos 2021) suivi de 8 jours de brouillard plus ou moins partiel.

Mer de nuages.
Vu depuis la hauteur de Sancho Abarca (sud des Bardenas) le brouillard prend des airs de mer de nuage d'où émergent de rares sommets.
Bien plus loin, nous voyons clairement à l'horizon la silhouette caractéristique de la montagne Moncayo.
.
Brouillard.
Impressionnante vue depuis le sommet du Moncayo.
Délimitées au nord par la chaine pyrénéenne et au sud par la cordillère ibérique, la vallée de l’Ebre apparait en grande partie recouverte d’un épais brouillard d’où émergent les reliefs bardeneros les plus importants.

 

 

Soutenez le site "bardenas-reales.net".

Ce message s'adresse à tous, aux particuliers ainsi qu'aux associations et clubs de randonnées.

Le webmaster du présent site internet lance un appel à votre générosité.
Pourquoi faire un don ? Tout simplement pour faire vivre le site.

Depuis 18 ans "bardenas-reales.net" met à votre disposition une très grande quantité d'informations, ce service est gratuit et le restera. Toutefois, la gestion du site représente beaucoup de travail ainsi qu'un coût annuel non négligeable qui est à la seule charge de son webmaster.

De plus, chaque mois, le webmaster reçoit une bonne vingtaine de demandes d’informations émanant de touristes, de clubs de randonnées et même de divers professionnels (télévision, presse écrite, photographes, réalisateurs de courts et moyens métrages, publicitaires, etc).
Annuellement, la quantité d’emails reçus dépasse les 200 !

Le webmaster du site, Fred Moncoqut, répond systématiquement et le plus précisément possible à chacun de ces emails. Le temps consacré à ces demandes d’informations étant assez important, et les réponses étant toujours envoyées gracieusement, il est clair que le site et son webmaster n’y gagnent absolument rien. C’est du pur bénévolat.

Pour ces raisons, il vous est proposé de faire une petite donation afin que le site puisse se maintenir en ligne et poursuivre son évolution.

Pour effectuer un don, vous pouvez choisir Paypal ou Tipeee.

En vous remerciant tous pour votre fidélité.
Bien cordialement,
Fred Moncoqut (webmaster du site)

Etat actuel des dons depuis le 01 janvier 2022 :
40 €
.au 023 juin 2022

 

¡¡¡ Feliz año nuevo !!!

Le site www.bardenas-reales.net et son webmaster, Frédéric Moncoqut, vous souhaitent une Bonne Année 2022 !

Bonne année !
Le Castildetierra, avec en arrière-plan la montagne Moncayo.