Tout savoir sur le désert des Bardenas Reales.

 

La Blanca

Située au cœur même des Bardenas, la Blanca (ou Bardena Blanca) étend ses grands espaces sur près de 170 km² entre les hautes collines de la Negra et les falaises d’el Plano qui s’élèvent telles d’infranchissables murailles.

Ici, le mot "désert” prend enfin toute son ampleur. Il s'agit d’une zone particulièrement aride qui offre au regard des paysages globalement plats et vides, recouverts d’une végétation éparse et de quelques cultures sèches.

Bien que très plane, la Blanca présente toutefois des reliefs localement assez chaotiques. De nombreux ravins et quelques massifs isolés donnent au site des aspects bien souvent surréalistes.

La physionomie des reliefs ainsi que les niveaux d’altitude permettent de diviser La Blanca en deux secteurs distincts : La Blanca Baja (la basse Blanche) et la Blanca Alta (la haute Blanche).

 

- La Blanca Baja -

Cette vaste étendue se situe au fond d’une gigantesque dépression de 12 km sur 8 ; l’altitude moyenne de ses sols varie entre 290 et 310 mètres, il s'agit du secteur le plus bas des Bardenas. La surface uniformément plane de la Blanca Baja n’est perturbée que par quelques collines solitaires qui n’excèdent guère plus de 20 ou 30 mètres de hauteur.

Ces collines, aux sommets fréquemment tabulaires, sont peu nombreuses ; on les situe principalement dans les lieux-dits los Très Hermanos, el Mesalobar, el Rallon, la Pisquerra et las Cortinas.

 

Le site de las Cortinas est l’un des plus pittoresques et des plus représentatifs du désert des Bardenas. On y trouve quelques massifs aux sommets plats, un petit étang envahi de joncs et de roseaux, deux larges et profonds ravins, un bad-land et une majestueuse cheminée de fée.

Cette cheminée de fée, nommée Castil de Tierra, accroche le regard et amène l'observateur à se poser de multiples questions devant la stature imposante de ce monolithe minéral. Cette formation insolite a été créée il y a bien longtemps à partir d’une simple colline d’argile au sommet de laquelle se trouvait un bloc de grès ; au fil des temps, les pluies ont peu à peu érodé cette colline en épargnant toutefois les argiles situées sous cette roche.
Aujourd’hui, cette colline n’est plus mais une superbe cheminée de fée est née. Il s'agit là d’un exemple extrême d’une érosion de type “différentielle” (ablation irrégulière des sols provoquée par la superposition de strates dures et de strates tendres).

 

L’autre grande curiosité de las Cortinas se situe près du Barranco Grande, il s'agit de deux impressionnants bad-lands.

Les bad-lands (mauvaises terres) sont nombreux dans la Blanca Baja, ce sont de vastes terres argileuses découpées en de multiples crevasses ramifiées, fruits de ruissellements diluviens, ne laissant entre elles que des crêtes plus ou moins aiguës. Un tel paysage fait penser à la surface d’un gigantesque cerveau humain.

 

La zone de transition entre la Blanca Baja et la Blanca Alta est marquée par les secteurs de la Pisquerra et d’eI Rallon qui présentent sans conteste les reliefs les plus spectaculaires de toute la région.

Chaos, extravagance, surréalisme, tels sont les termes que l’on peut employer pour définir les reliefs ruiniformes de ces sites. Il s’agit d’un ensemble de reliefs en pleine effervescence, façonnés par une érosion intense et impitoyable.
Ici, la végétation est quasi-inexistante ; la terre, mise à nue par d’innombrables pluies torrentielles, semble s’effondrer de toutes parts.
Les collines aux crêtes aiguës laissent apparaître sur leurs flancs de nombreuses strates horizontales aux multiples couleurs (blanc, gris, beige, jaune, ocre) contrastant ainsi avec les lacérations verticales qui sont autant de balafres naturelles creusées par l’eau.
Les décors torturés de la Pisquerra et d’eI Ration sont dominés par de nombreuses falaises aux parois abruptes et vertigineuses qui culminent à plus de 400 mètres ( 470 m pour el Rallon).
Accolé à la falaise de la Pisquerra, le Cabezo d’eI Hermanito peut revendiquer le titre de deuxième plus belle et plus imposante cheminée de fée du désert des Bardenas.

 

- La Blanca Alta -

Cette vaste zone prolonge la dépression de la Blanca Baja vers le nord-est. Comme l'indique son appellation, l'altitude moyenne de ses sols y est plus élevée (entre 330 et 490 m) ; cependant, bien que cette terre soit plus rocailleuse et légèrement plus vallonnée, les caractéristiques des reliefs restent les mêmes.

On y trouve des collines tabulaires et bon nombre de ravins. Les bad-lands sont toutefois assez rares.

La végétation est de type steppique et les champs cultivés tentent de faire oublier l’aridité des terres.

Ces deux Blancas, la basse et la haute, possèdent chacune de nombreux ravins. On en dénombre en tout une trentaine, tous dépendants de deux grands barrancos : le "Grande" et l'Andarraguia”, eux-mêmes tributaires d’un autre ravin situé hors des Bardenas : le "Limas".

Le barranco Grande reste toutefois LE grand ravin des Bardenas, le plus réputé de tous. Ce ravin s’étend du nord au sud à travers les deux Blancas, il est globalement large et profond, et son tracé est particulièrement sinueux.

 

Livre 1
Livre 2

Vous souhaitez en apprendre encore plus sur la Bardena Blanca  ?
Alors procurez-vous les livres « Bardenas vol1 » et « Bardenas vol2 » de Frédéric Moncoqut.

 

 
La reproduction intégrale ou partielle des textes présents dans ce site internet est strictement interdite sans l'autorisation préalable de Frédéric Moncoqut (auteur des textes et du site).