Tout savoir sur le désert des Bardenas Reales.

 

Les espaces naturels protégées

Les scientifiques et les écologistes sont unanimes, les Bardenas Reales abritent un ensemble de sites qualifiés d’exceptionnels en raison de leur grande valeur géologique, zoologique et botanique ainsi que pour l'étrange physionomie de leurs paysages et de leurs reliefs. La sauvegarde de ce patrimoine naturel, véritable joyau de toute une région, est donc selon eux une priorité absolue.

 

- Les Réserves Naturelles du désert -

Durant les années 60 et 70, les écologistes professionnels ou amateurs étaient déjà nombreux à réclamer des plans de protection auprès des autorités compétentes. Mais ce n’est qu’en 1987 que le gouvernement de Navarre annonça la création de trois réserves naturelles au sein des Bardenas Reales :

• Las Caidas de la Negra.

• El Vedado de Eguaras (territoire appartenant à la commune de Valtierra mais traditionnellement associé aux Bardenas).

• El Rincon del Bu.

Ces sites présentent des écosystèmes particulièrement remarquables, tant pour leur singularité, que pour leur rareté et leur fragilité.

Par opposition aux parcs naturels, les réserves naturelles sont des espaces d'extension réduite.
Leur vocation première est la sauvegarde des sites géologiques et des espèces animales et végétales en les soustrayant à toute intervention artificielle susceptible de les dégrader. Dans le cas des Bardenas Reales, les activités économiques traditionnelles (agriculture et pastoralisme) bénéficient de dérogations mais restent toutefois assez limitées.

 

- Las Caidas de la Negra -

Dominée par les hauts plateaux agricoles du sud de la Negra, cette réserve naturelle occupe une superficie de 1 999 hectares.

Sa valeur écologique réside dans le fait qu'elle abrite le plus vaste boisement de la Navarre méridionale. Les espèces végétales dominantes sont le pin d’Alep, et le chêne kermès répartis en bosquets peu denses et alternant avec du maquis. La faune est typiquement forestière (sanglier, renard, chat sauvage, blaireau, hibou, chouette, etc).

Les terres cultivées occupent une surface limitée à 250 hectares.

 

- El Vedado de Eguaras -

Située dans un superbe cadre paysagiste, cette réserve naturelle forme un véritable îlot forestier de 500 hectares de superficie ( 350 hectares de végétation naturelle et 150 hectares de cultures).

Ce site rappelle en de nombreux points les Caidas de la Negra, notamment par les imposantes falaises d’el Piano qui dominent l’ensemble. Essentiellement composée de pins d’Alep et de chênes kermès, la flore est également représentée par le lentisque, le genévrier, le romarin, etc.

Les espèces animales sont très variées : couleuvre, aigle, vautour, chouette, hibou, renard, lapin, sanglier, chat sauvage, etc.

 

- El Rincon del Bu -

Cette réserve naturelle a été créée dans le but de préserver des formations géologiques que les spécialistes qualifient de "remarquables“.

Situé à l’extrême nord de la Negra, ce site offre au regard un très bel ensemble de reliefs érodés : ravins, falaises et hautes collines en sont les principales caractéristiques physionomiques.

Les surfaces cultivées n’occupent que 45 des 460 hectares de la réserve.

La végétation est de type steppique, pauvre et disparate ; et la faune est représentée, entre autres, par le renard, le lièvre, l’aigle et le vautour.

 

 

- Les ZEPA -

en travaux 1
Texte à venir.

 

 

- Les Zones Humides -

en travaux 2
Texte à venir.

 

 

- Le Parc Naturel des Bardenas Reales -

Le tourisme sauvage, souvent peu respectueux des valeurs écologiques, est l’un des principaux facteurs qui ait motivé la création des trois réserves naturelles citées plus haut.

Encore confidentiel durant les années 1980, ce tourisme connaît une véritable explosion au cours de la décennie suivante. Victimes de leur succès, les Bardenas attirent chaque année toujours plus de monde durant les saisons estivales.

A la demande de plusieurs groupes écologistes, les Bardenas Reales sont déclarées Parc Naturel en 1999 par le Parlement Foral de Navarre, puis Réserve de Biosphère l’année suivante par l’UNESCO.

Une réglementation permet aujourd’hui de gérer efficacement le flux touristique tout en préservant les équilibres naturels. Ainsi, quelques sites sont pèriodiquement interdits d’accès en raison de la vulnérabilité des espèces animales qu'ils abritent (la Pisquerra, el Rallon, et la Ralla).

Le Parc Naturel des Bardenas Reales doit donc répondre à trois objectifs :

• Assurer la sauvegarde des équilibres naturels existants et protéger les espèces animales et végétales qui y résident.

• Préserver et contrôler l'élevage transhumant d’ovins et l’exploitation agricole qui sont nécessaires à l’économie locale.

• Autoriser l’accès au tourisme tout en contrôlant le flux et le comportement des visiteurs afin que ni l’écosystème, ni les activités humaines traditionnelles (pastorales, agricoles et militaires) ne soient affectées.

 

 

- Les espaces naturels protégés proches des Bardenas -

La protection de la nature ne se limite pas au territoire des Bardenas.
Dans sa périphérie, de nombreux sites de petite superficie (plus ou moins 60 hectares) ont été déclarés enclave ou réserve naturelle pour leur valeur écologique.

Ces espaces protégés jouxtent, pour la plupart, les rios Ebro et Aragon. Ils abritent des petits bois, parfois d'origine artificielle, où poussent saules, aulnes, peupliers, pins d’Alep, chênes kermès, genévriers et lentisques. Ces sites abritent une grande variété d’espèces animales (mammifères, oiseaux, reptiles, batraciens et poissons).

Les espaces naturels les plus réputés sont les lagunes de Pitillas, de Rada, et de Lor. Ces sites présentent des intérêts ornithologiques de premier ordre.

• La Lagune de Pitillas se situe non loin du village du même nom. Déclarée réserve naturelle en 1987, elle occupe une aire de 216 hectares dans un paysage steppique.

• Très modeste par sa superficie (moins de 6 hectares), la Lagune de Rada est enclavée dans une pinède au nord de l’étang del Férial (Bardena del Plano).

• Située près du village d’Ablitas, la lagune de Lor est un plan d’eau d'origine endoréique.

Ces espaces protégés sont le refuge d’un nombre considérable d’oiseaux migrateurs parmi lesquels figurent le héron, la cigogne et le canard sauvage. On trouve dans leurs eaux de nombreux poissons tels que la tanche, la carpe et l’anguille. La végétation, très dense et essentiellement composée de joncs et de laîches, abrite la grenouille et la couleuvre.

 

 
La reproduction intégrale ou partielle des textes présents dans ce site internet est strictement interdite sans l'autorisation préalable de Frédéric Moncoqut (auteur des textes et du site).