L'article de presse et sa traduction :

Article paru en juillet 2005 dans le journal "B.I.M" de la ville d'Arguedas.

 

Fred Moncoqut : « Mon plus beau souvenir date d’il y a six mois : avec ma compagne, j’ai assisté à la messe de Noël dans l’église d’Arguedas ».

 

Frédéric Moncoqut, 34 ans, est né à Bordeaux dans le sud-ouest de la France où il réside encore actuellement. Il travaille comme convoyeur de fonds chez Brink’s (société américaine de transport de fonds, n° 1 mondial). Il connaît très bien quelques régions espagnoles dans lesquelles il se rend plusieurs fois par an. C’est le cas d’Almeria, de Grenade, de Huesca, de Saragosse et de la Navarre.

« J’ai découvert Arguedas en 1992 à l’occasion d’une visite des Bardenas Reales. Depuis lors, je suis devenu un grand passionné de la région de la Ribera Navarraise, et tout spécialement de cette terre stérile et désertique que sont les Bardenas ».

Frédéric Moncoqut se définit comme un fervent amoureux de la nature, des grands espaces, de l’exotisme et de l’insolite. Il considère les Bardenas Reales comme un territoire presque inconnu en France, et pour cette raison, il a contribué à diffuser ses connaissances par le biais d’expositions photographiques et, à une occasion, à travers une intervention à la radio Bordelaise « Wit fm » ainsi qu’à la télévision française « France 3 ».

Tous les ans, et après chacune de ses visites dans les Bardenas, il s’arrête à Arguedas pour différentes raisons : manger dans quelques restaurants, faire des achats, acquérir du combustible, etc. Cependant, il souligne : « Mon plus beau souvenir à Arguedas date d’il y a six mois : avec ma compagne, j’ai assisté à la messe de Noël dans l’église d’Arguedas ». Sa dernière visite dans la ville Arguedana fut le 1° juin de cette année, et la précédente, en avril. Sa grande passion pour cette zone se reflète en outre dans deux actions : des livres sur les Bardenas Reales et un site Internet sur ce territoire (www.bardenas-reales.net). Dans ce site web, outre de nombreux renseignements, figurent de belles photographies du désert Bardenero.

Son premier livre est en vente en France et aussi dans la librairie Gibran d’Arguedas. Il s’intitule « Le désert des Bardenas Reales et sa région » aux éditions Lavielle. Le second le sera aussi vers le mois d’octobre 2005 et a pour titre « Bardenas Reales, terre insolite ».

Il a découvert le Bulletin d’Arguedas par Internet, une publication qui lui permet de continuer à être près des Bardenas Reales et de la ville.

Il connaît tellement bien ce territoire et il est tellement lié à lui qu’il offre une suggestion aux autorités locales : « Arguedas est la porte d’entrée des Bardenas Reales, le potentiel touristique de cette région est énorme, surtout auprès des français. Malheureusement, les Bardenas Reales me paraissent assez peu exploitées. Il serait intéressant d’ouvrir un petit commerce où l’on vendrait différents produits dérivés comme des livres, des cartes postales, des auto-adhésifs, etc ».

 

Juillet 2005 ( B.I.M. Arguedas n° 9 )

   
Ayan Barnabas